Un plat Terre & Mer

Du poisson et de la charcu.

Les deux en même temps. Mais oui. Même que ça s’appelle un Terre et Mer et qu’il ne faut pas être dans Top Chef ou au restaurant étoilé pour savourer ce genre d’association parfois risquée mais toujours originale. Pour cette recette que je vous propose aujourd’hui, j’ai limité le risque au maximum puisque je m’y suis reprise à trois fois pour trouver les bons ingrédients et la bonne cuisson avant d’être satisfaite du résultat. Mais quel résultat ! Du cabillaud en croûte de chorizo et noisettes, accompagné d’asperges vertes et d’une purée au citron et d’un verre de rosé. Une manière super gourmande et un peu chic de manger du poisson « sans que ça ne goûte trop le poisson » selon le Beau Gino, contrôleur émérite de la qualité chez Belle Ginette depuis 2007.

20150625-103930.jpg

Lire la suite

Du poisson et des corn flakes

Fish & Crisp.

Utiliser des corn flakes autrement qu’avec du lait au petit déjeuner, je savais que c’était possible mais je pensais que ça se limitait à les écraser pour en faire des panures de nuggets de poulet ou de poisson, à la rigueur. Pourtant quel ne fut pas mon étonnement lorsque j’ai goûté pour la première fois le plat qui m’inspire celui que je vous propose aujourd’hui.

Ce premier plat, au sens propre, c’est celui de mon amie Julie, avec qui je partage l’amour des dîners gourmands et animés 😉 . Entre deux débats, nous avons dégusté à sa table un filet de cabillaud, sur un lit de purée de pois et cerné de corn flakes relevés à l’ail et au persil.

C’était dingue ! Et  gage de qualité :  le Beau Gino a tout mangé, sans se pincer le nez et en a même redemandé.

Quelques jours plus tard, j’ai repensé le plat et je me suis rendue compte qu’il peut se décliner en toutes sortes de saveurs différentes, tantôt exotiques, tantôt méditerranéennes. Alors avec la permission de Julie, parce que des recettes, ça se partage mais ça ne pique pas,  je vous présente ma version revisitée de ce plat étonnant: un dos de cabillaud sur un lit de purée de fenouil, cerné de corn flakes relevés à l’ail et au basilic.

C’était dingue aussi ! Et gage de qualité : le Petit Snottneus a tout mangé, bien heureux d’avoir des Fwiiipses (ndlr : des chips) dans son assiette 🙂

20150315-195224.jpg

Lire la suite

Du cabillaud tout doux

C’est mon poisson Grand-Mère.

Grand-Mère : un mot pour dire douceur, réconfort, enfance, insouciance et bonne nourriture saine qui remplume les jambes maigrelettes de petits oisillons tombés du nid. L’industrie agro-alimentaire ne s’y est pas trompée, la référence grand-maternelle est l’emblème de plusieurs produits qui ne sont pas du genre pili-pili, fromage qui fouette ou ou moutarde qui pique. Non, plutôt doux, sucré, calorique aussi. Parce que les grands-mères s’inquiètent toujours que leurs petits enfants soient bien nourris, en suffisance et avec des produits sains. Ce qui a sans doute le don d’énerver les mèresIMG_0869

Ces Grand-Mères d’avant, qui se faisaient encore appeler Mamie ou Bonne Maman, dans un conformisme assumé, bien avant les Mamido, Mamidou, Mimi et autre Dadou qu’on entend actuellement dans les plaines de jeux, à l’égard de femmes d’un âge mûr certes, mais bien loin de l’image que l’on se fait d’une Grand-Mère au sens traditionnel du terme.  Ces Grands- Mères avec des cheveux courts et une mise en plis ou avec des cheveux longs qu’on ne voyait qu’en chignons, au style vestimentaire suranné et aux mains fripées mais douces.

Lire la suite

Faire manger du cabillaud à un homme

Attention, le titre de cet article est basé sur une affirmation totalement sexiste, injustifiée d’un point de scientifique et à prendre au second degré : Aucun homme n’aime le cabillaud En tout cas, moi je n’en connais aucun. Enfin si, j’en connais un mais il a 14 mois et il mange à peu près tout ce qu’il arrive à mettre tout seul dans sa bouche donc ça ne compte pas.

Vous l’aurez compris, le Beau Gino n’aime pas le poisson, ni les fruits de mer. A la rigueur, un peu de saumon fumé, une langouste fraîchement péchée dans des eaux tropicales (dans le genre accessible, on fait mieux) mais c’est tout. Quel dommage, parce que moi j’adore le poisson et beaucoup de choses qui viennent de la mer : moules, calamars, crevettes grises ou roses, huîtres, oeufs de poisson et autres … D’autant que les produits dits  de la mer sont pour la plupart nettement moins gras et caloriques que d’autres sources de protéines. Comment ça va encore ? …  Ah oui voilà : « Le plus gras de tous les poissons sera toujours moins gras que la plus maigre des viandes ».

Bref, un soir, pour des raisons de diète, pour des raisons de goûts mais hélas pas pour des raisons d’économies (car le bon poisson est aussi onéreux que la bonne viande), j’ai fait du forcing et j’ai servi  du poisson au Beau Gino ainsi qu’à d’autres carnivores convaincus. C’était rigolo de voir leurs mines déconfites lorsque je leur ai annoncé le menu, alors que les malheureux s’attendaient à un bon pain de viande ou autre stoemp-saucisse. C’était encore plus rigolo de les voir se lécher les babines et demander une repasse.

Lire la suite