Pain de viande [clap 3] avec du pain d’épices et de la chouffe

Un petit temps.

Qu’elle me trottait dans la tête cette idée. Depuis le soir où, alors que je dégustais une chouffe au fût, cette bière ardennaise forte et fruitée, j’ai décelé dans mon breuvage un arrière goût de pain d’épices. C’était il y quelques semaines et nous étions en plein dans ma saison des pains de viandes et autres sauces à la bière. Les feuilles dans les arbres étaient déjà jaunes et Bruxelles se drapait dans son habit automnal, qu’elle tarde maintenant à troquer contre sa cape d’hiver.

Un petit temps … agréable et doux, qui m’a donné envie de changer ma recette classique de pain de viande, pour passer du côté obscur de la force : le côté de ceux qui mettent du pain dans leur pains de viande le côté de Belle-Maman. Mais pas n’importe quel pain : du pain d’épices. Et pas n’importe quel pain d’épice : du pain d’épices au miel de chez Dandoy, une maison qui rime avec plaisir (des yeux et du palais).

20141119-230955.jpg

Lire la suite

Pain de viande [clap 2] – avec des fruits secs

Le pain de viande, c’est comme le risotto : on peut y mettre à peu près tout ce qu’on veut.

Il y a de ça quelques semaines, j’ai tenté le pain de viande au pastis mais ma recette habituelle c’est avec des fruits secs, pour satisfaire mon amour du sucré-salé. C’est une recette qui s’allie d’ailleurs à merveille avec une sauce à la bière ou une compote de pommes, bref un plat de saison qui réconforte et qui réchauffe, surtout s’il est servi avec un bon stoemp ! Moins chic qu’un risotto, moins exotique que son cousin anisé, ce pain de viande fait pourtant toujours l’unanimité à ma table et il n’en reste jamais une miette !

Lire la suite

Pain de viande [clap 1] – avec du Pastis

Bon je sais … j’ai parlé de l’Automne, ses couleurs chattoyantes, dans les arbres et dans les assiettes, j’ai évoqué les stoemps saucisses, les odeurs de canelle, de bières brunes et de courges en tous genres. Ces bonnes (et jolies) choses, j’en parlerai plus tard parce que hier soir, je suis retournée en été, en Provence pour être exacte, avec une recette à base de Pastis testée et approuvée par un jury de fins gastronomes (sans culottes courtes).

A eux aussi, je leur avais pourtant promis des légumes bizarres, des sauces brunes, des stoemps aux carottes qui sentent bon le vrai beurre mais depuis 3 semaines, une autre idée à germé dans ma tête : depuis que je suis allée au Lorem Ipsum et que j’y ai découvert les Hamburger au Pastis.

Pour la petite histoire, le Lorem Ipsum est un très chouette endroit pour faire toute une série de choses : lunch en terrasse, brunch le weekend, verre après le boulot, verre après le resto, voire, dans mon cas, verre(s) toute la soirée. Le plus : une sélection de finger foods à se rouler par terre et des coktails tout bonnement excellents. Vous l’aurez compris, je vous recommande chaudement cet endroit, situé dans le quartier trendy du Châtelain (Lorem Ipsum, 76 rue du Mail – 1050 Bruxelles).

Bref, depuis ce vendredi soir, je ne pensais quasi plus qu’à ça et il fallait que j’essaie par moi-même. J’ai donc testé un pain de viande au Pastis, accompagné d’une purée de pomme de terre à l’huile d’olive et au fenouil et de tomates à la provençale. C’était succulent.

Et pourtant, je ne suis pas fan de Pastis. Sous les figuiers, je préfère toujours un bon rosé … de ceux qui ne donnent pas trop mal de tête le lendemain. Mais le goût anisé relève parfaitement celui de la viande sans pour autant envahir votre palais … bon après, ça dépend aussi de la dose de Pastis qu’on utilise 🙂

Alors concrètement, comment ça se passe :

1. Pour la purée, ça va vite : on cuit les patates pélées (env. 10 de taille moyenne) à l’eau, on écrase avec un généreux filet d’huile d’olive et on rajoute un demi fenouil avec les feuilles, préalablement cuit à la vapeur et mixé en soupe (parce que bon, le fenouil j’aime bien, mais uniquement mixé). Puis on rajoute du sel et poivre selon son goût.

2. Pour les tomates, encore plus facile : on coupe 6 tomates en 2 dans le sens horizontal, et on les recouvre d’un mélange de chapelure, gros sel, basilic émincé, purée d’ail (facultatif : pincée de sucre et filet de jus de citron) et beaucoup d’huile d’olive. Puis on enfourne pendant 1h à feux moyen (200°C)

L’avantage de ces deux plats, c’est qu’on peut les réaliser à l’avance et les réchauffer avant de les servir.

20131025-111209.jpg

3. Le pain de viande : dans un grand saladier, on mélange les ingrédients suivants :

– environ 750gr de viande hachée

– une grosse poignée de pignon de pin

– gros sel, poivre et un généreux filet d’huile d’olive

– un demi cube de bouillon de viande dégraissé effrité

– de la purée d’ail (facultatif)

– une pincée de sucre brun ou blanc

– 1 oeuf

– 2 cuillers à soupe de crème allégée

Quand le tout est bien mélangé, on rajoute entr 50 et 100ml de Pastis, on mélange encore un coup et puis on fait littéralement tomber la viande dans un plat badigonné avec un peu d’huile d’olive, on  tasse le monticule avec une fourchette et on enfourne pendant 45 minutes à 200C°. Si on aime, on peut rajouter du lard par dessus, ça donne un petit côté croquant.

Je rappelle que je cuisine souvent au petit bonheur la chance et que les mesures exactes, c’est pas trop mon fort. Donc il faut surveiller régulièrement le four pour voir quelle tête aura le pain de viande, voire de temps en temps y plonger un couteau pour vérifier le niveau de cuisson.

Et voilà le résultat :

photo 2

Pour le vin, je vous conseille soit un rosé soit un rouge et alors, plutôt un Côtes de Provence tel que le Galoupet, qui, hier, a parfaitement rempli son office.

Voilà de quoi faire revenir l’été, le temps d’une soirée aux portes de l’hiver… hier, on aurait presque entendu les criquets chanter 🙂