Une frangipane

Facile gourmandise.

C’est un tout petit billet que je vous propose aujourd’hui, comme ces petits bisous qu’on dépose en haut de la nuque, ces doudouces du bout des doigts, sans chichis ni tralalas.

A l’école du Snottneus, pas encore d’élocution ni de poésie à réciter mais chaque semaine, une recette à réaliser par des petits élèves concentrés. Au mois de mai, ce sera le tour de mon  apprenti-pâtissier qui a choisi pour « sa recette » : une frangipane. C’est l’un des gâteaux préférés de son papa, qui affectionne autant la version boulangère que la version industrielle, à la date de péremption quelque part dans le prochain millénaire.

Lire la suite

Ce qu’il sait de l’enfant que j’étais

Bis repetita.

Il en sait des choses, mon Snottneus, du haut de ses 4 ans. Des choses qu’il observe, des choses que je lui explique, des choses qu’il apprend à l’école et des choses que lui racontent ses grands parents,  fournisseurs officiels de bonbons, de tartines au choco sans les croutes dans le canapé et d’anectodes croustillantes au sujet de sa maman.

Il sait les bêtises, pas toutes. Il sait l’effronterie, un peu. Il voit la ressemblance, quand il regarde les photos encadrées d’une petite fille au cheveux courts, qui lui renvoie son reflet, presque traits pour traits, deux paires d’yeux malicieux qui se font face, separés par un morceau de verre et trentes années lumière.  Il sait qu’il a de qui tenir. Il sait qu’on reste toujours un enfant, même quand on devient grand, ne fut-ce que l’enfant de sa maman, c’est pas pour rien que je le lui répète tout le temps. Il sait tout ça.

Lire la suite

La fête des coeurs

Don du coeur.

Aujourd’hui je vois des cœurs partout. Des cœurs à manger, des cœurs à coller. C’est fou, tout ce qu’on peut faire avec un cœur. Un cœur, ça s’entend, ça se brise, on peut l’avoir sur la main ou au bout des lèvres. Un cœur ça se serre aussi, ça se fend, c’est fragile. On peut le réparer, de mille façons possibles, avec de la glace au caramel, avec un bistouri ou avec des engins électriques. Un cœur, ça bat et parfois ça se bat. Un cœur, ça se guette, quand il est aussi petit qu’un grain de riz et bien plus tard, ça fait des crises, parfois banales, parfois fatales. Lire la suite

Les jours où il fait moche 

La bonne excuse.

Ce mois-ci, l’un des plus froids et déprimants de l’année (avec février), les Belgomums vous livrent pleins de conseils et d’idées pour occuper vos Snottneus, les jours où il fait moche, quand il  n’y a pas d’anniversaire, de réunion de famille, ou même de grand soleil dans un ciel glaçant, ni même de neige pour en faire un bonhomme affublé d’une carotte. L’angoisse, le stress, la situation d’urgence mentale : trouver un truc à faire pour les occuper avant qu’ils ne démontent la baraque. Si c’est le sentiment qui vous envahit en regardant par la fenêtre (de votre smartphone), allez lire leurs articles. Quand à moi, je ne passe pas mon tour mais je fais ma mauvaise éleve, celle du fond la classe, près du radiateur, qui rêvasse.

Lire la suite