Chou’ket

Les adultes responsables de demain.

Ou les snottneus inconscients d’aujourd’hui. Tandis que je télécharge les images pour ce nouvel article, je constate avec effroi qu’un de mes enfants essaye de construire une tyrolienne dans la cage d’escaliers et que l’autre, du haut de ses 13 mois, vient de découvrir comment se mettre debout sur sa chaise haute, l’air tout guilleret. Je repense alors au mantra de Chou’Ket, un petit magasin vraiment pas comme les autres qui s’est ouvert à Etterbeek, l’objet de ma dissertation du jour.

Comme son nom rigolo le laisse présager, Chou’ket est un magasin pour enfants qui nous enjoint à construire les adultes responsables de demain. Ouipe, vous avez bien lu. C’est beau, ça claque et ce n’est même pas un slogan de parti politique et/ou publicitaire. C’est un slogan qui colle bien à ce concept(store) mis sur pieds par deux créatrices : My et Marie, qui proposent, en plus de leurs créations, pleins de vêtements et accessoires pour enfants issus d’une production durable, en Belgique ou en Europe, respectueuse des gens, du travail et de la qualité. Lire la suite

Ce qu’il sait de l’enfant que j’étais

Bis repetita.

Il en sait des choses, mon Snottneus, du haut de ses 4 ans. Des choses qu’il observe, des choses que je lui explique, des choses qu’il apprend à l’école et des choses que lui racontent ses grands parents,  fournisseurs officiels de bonbons, de tartines au choco sans les croutes dans le canapé et d’anectodes croustillantes au sujet de sa maman.

Il sait les bêtises, pas toutes. Il sait l’effronterie, un peu. Il voit la ressemblance, quand il regarde les photos encadrées d’une petite fille au cheveux courts, qui lui renvoie son reflet, presque traits pour traits, deux paires d’yeux malicieux qui se font face, separés par un morceau de verre et trentes années lumière.  Il sait qu’il a de qui tenir. Il sait qu’on reste toujours un enfant, même quand on devient grand, ne fut-ce que l’enfant de sa maman, c’est pas pour rien que je le lui répète tout le temps. Il sait tout ça.

Lire la suite

Les jours où il fait moche 

La bonne excuse.

Ce mois-ci, l’un des plus froids et déprimants de l’année (avec février), les Belgomums vous livrent pleins de conseils et d’idées pour occuper vos Snottneus, les jours où il fait moche, quand il  n’y a pas d’anniversaire, de réunion de famille, ou même de grand soleil dans un ciel glaçant, ni même de neige pour en faire un bonhomme affublé d’une carotte. L’angoisse, le stress, la situation d’urgence mentale : trouver un truc à faire pour les occuper avant qu’ils ne démontent la baraque. Si c’est le sentiment qui vous envahit en regardant par la fenêtre (de votre smartphone), allez lire leurs articles. Quand à moi, je ne passe pas mon tour mais je fais ma mauvaise éleve, celle du fond la classe, près du radiateur, qui rêvasse.

Lire la suite

Des cadeaux exponentiels

Local.

Bientôt Noël et avant cela, la course effrénée pour compléter notre liste de cadeaux, pour les petits et aussi pour les grands. Cette année, sans gâcher la surprise, j’ai quelques petits cadeaux qui s’emballent mais j’en ai également d’autres qui créent des souvenirs, c’est d’ailleurs ceux-là qui ont le plus de valeur à mon goût.

Parcontre pour les petits, je respecte la nécessité d’emballer la magie, d’attiser le mystère et de jouer le jeu, du faire-semblant sans pour autant les prendre pour des dindes. Même s’il semble efficace, j’évite autant que possible le chantage aux cadeaux. Tout comme Saint-Nic’ avant lui, le Père Noël sera bien au rendez-vous le weekend prochain, que le Snottneus soit sage ou pas sage ou plutôt, s’il redevient sage parce que depuis quelques semaines, s’il y en a bien un que j’ai envie de ficeler comme une dinde avant de le renvoyer au Pôle Nord, c’est lui.

Bref, tout cela n’est pas mon propos. Mon propos du jour, de la semaine, de la période, enfin vous voyez quoi, c’est les courses de Noël pour les petits et des endroits où je compte les faire. Des endroits que je vous recommande de visiter pour toute une série de raisons mais avant tout pour une excellente raison : derrière le comptoir, vous trouverez des femmes exceptionnelles, qui ont fait le pas que je n’ai pas osé faire, qui ont ouvert leur commerce, qui le font vivre, qui s’accrochent malgré les aléas de l’entreprenariat et surtout qui sont délicieuses de gentillesse, de serviabilité et de professionalisme. Vous voulez faire une bonne action pour Noël ? Oubliez Amazon et franchissez la porte de ces petites boutiques adorables, véritables cavernes d’Alibaba pour vos Snottneus (et pour vous aussi, tant qu’on y est) : Lire la suite