Du temps (que) pour moi

-Concours Inside-

Lundi, après plus de 5 mois d’inactivité professionnelle et de suractivité maternelle, j’ai repris le boulot. Malgré un petit pincement au cœur durant le trajet en tram qui m’a amenée au centre de Bruxelles, j’étais plutot contente de retourner dans un endroit où je ne serai ni avec la petite Snottneuse, ni avec son grand frère ni avec le Beau Gino. Aucun d’eux ni les trois en même temps. Autant vous dire que ce n’est plus arrivé depuis longtemps. Et encore mieux, je serai  payée pour ça !

Ah le travail, c’est quand même formidable. C’est la santé, la liberté, c’est un sac de grande avec des dossiers et un laptop dedans et non un vieux tote bag avec des lingettes, des coussinets d’allaitement et des playmobiles. C’est un pantalon noir assorti à une paire de ballerines et pas un vieux short qui mérite le nom de sac à prouts, assorti à des baskets d’ado (le short pas les prouts, quoique …). Etre au travail, c’est déjeuner en paix et prendre son café en riant ♫  Lundi, je me suis sentie légère malgré mes derniers kilos à perdre.

Hier, mardi, j’ai un peu moins ri. Parce que j’ai réalisé qu’au fur et à mesure qu’on vieillit avance dans la vie, le temps, les journées, les heures et les minutes passent de plus en plus vite. Et qu’il y a tellement de choses à faire mais progressivement si peu de temps pour les faire. Les choses que l’on doit faire et les choses que l’on a envie de faire. Parfois ce sont les mêmes, parfois pas. En clair, mardi, comme je l’expliquais à une de mes co-belgomums, j’ai eu l’impression de monter dans le Space Mountain à 8h du matin et d’en être descendue à 21h, après que les snottneus et le Beau Gino soient neutralisés, les premiers dans leurs lits, le deuxième dans le canapé. Et mon temps pour moi dans tout ça ? Mon blog, mes recettes, mes bricolages, ma pile de livres sur ma table de chevet, mon tapis de yoga (vous là-bas dans le fond, pas rigoler hein !) Lire la suite

Des vêtements d’allaitement 

Milky.

Apres des débuts hésitants, le rythme alimentaire de la petite Snottneuse semble enfin se mettre en place. Certes, il y a encore des régurgitations et des tortillements mais on est loin des pleurs , des rougeurs et des interrogations des premières semaines. En nette amélioration. Un peu comme la météo belge. Certes on a encore des jours gris et des gouttes de pluie  mais on est loin des draches torrentielles par 15C° des dernières semaines. Depuis quelques jours, il fait chaud et il fait même parfois beau. L’été est là, on sort de chez nous et les joies d’un congé maternité en été s’offrent enfin à moi.

Comme pour le Snottneus, je réitère l’allaitement au sein avec la Petite Snottneuse pour des raisons pratiques même si j’y trouve aussi ma dose d’intimité, de tendresse et d’exclusivité. Des sentiments si bien décrits par ma copine Belgomums Caroline, A Mother in the City dans son billet sur la fin de l’allaitement. Comme elle l’explique, allaiter son bébé au sein nécessite souvent de s’accrocher et de perserver.

A vrai dire quand on y réfléchit, que ce soit au sein ou au biberon, c’est compliqué de nourrir ces petits êtres dont le système digestif est encore immature. Cela demande de la patience, de la bienveillance et une grande disponibilité, en particulier lorsqu’on allaite au sein. Mais pas question de rester cloîtrée chez soi, surtout quand le beau temps pointe enfin le bout de son nez.  Selon moi, pouvoir allaiter partout, en respectant la pudeur de chacun,  à commencer par la sienne, c’est la clé d’un allaitement réussi. Avec quelques astuces vestimentaires, c’est possible d’allaiter partout : au restaurant, devant les copines, les copains, les beaux-parents, au parc, et même devant ses collègues 🙂 Le Snottneus est né en septembre et je l’ai aillaité jusqu’à la fin de l’hiver suivant. Partout.  En dessous d’un pull, d’un poncho ou d’une écharpe. Avec les tops mamalicious, il me suffisait de soulever mon pull ou ma chemise afin de le nourrir sans me dénuder. Une excellente solution quand il fait 10C°. Mais par 30°C et grand soleil, la chemisette, le pull et l’écharpe, c’est pas terrible.

La semaine dernière, j’ai donc été faire les soldes en mode « allaitement » et voici une petite sélection de vêtements d’allaitement et d’été, qui me permettront de nourrir la Petite Snottneuse partout, que ce soit en vacances ou dans une Bruxelles estivale.

° Une robe tout-terrain JBC

Avant mon accouchement, j’ai reçu une jolie robe de grossesse et d’allaitement de la marque JBC, qui vient de lancer une collection grossesse allaitement en collaboration avec la marque Mammae, qui fait aussi de très beaux soutien-georges d’allaitement. Cette robe convient pour des circonstances formelles ou informelles, tout dépend de l’accessoire. Je ne l’ai presque pas portée enceinte au vu de la météo de cochon qu’on a eue au printemps mais je la met régulièrement depuis quelques semaines et j’apprécie le système prévu pour découvrir le sein en toute discretion. Bref, une chouette collection à des prix abordables car les vêtements de grossesse et d’aillaitement sont généralement assez onéreux.

Attention à la taille que vous choisissez, la marque JBC taille très grand.

Et comme je me déleste enfin de mes kilos de grossesse, j’ai commandé en soldes deux autres modèles une taille en dessous pour terminer l’été en beauté :

066993GND_MODEL_DETAIL 066996ASM_MODEL_DETAIL

° Une robe bain de soleil

J’ai retrouvé les rayures de la marque de vêtements de grossesse et d’allaitement Pomkin, chez qui je m’étais déjà fournie en t-shirt longues manches cet hiver. Cette fois-ci j’ai dégoté une petite robe au design parfait pour cacher mes derniers – et tenaces – kilos de grossesse. Je ne comprend pas pourquoi la plupart des vêtements mixtes (grossesse et allaitement) sont proposés en jersey, une matière souple mais moulante. Enceintes, on est toutes très fières d’arborer notre ventre, quitte à devoir endurer des remarques déplacées (oh mais comme tu es grosse, tu vas accoucher dans 5 minutes ? Tu es sûre qu’il n’y en a pas deux la dedans ?) mais après l’accouchement, c’est une autre histoire. Cette petite robe est en jersey mais son élastique à hauteur de hanches donne le change. Elle sera parfaite pour les vacances.snapseed

° Un top de « chic Madame »

Les robe en coton, les combi et autres c’est confortable et sympa mais il me fallait aussi quelque chose de plus chic pour les grandes occasions, les dîners en amoureux et les sorties entre copines. Je ne suis plus obligée de me changer avant de quitter la maison car j’ai trouvé un joli top, également de la marque Pomkin au design flatteur, qui cache mon pneu crevé mes rondeurs à merveille tout proposant un système ingénieux et invisible pour dévoiler mon sein sans me mettre à poil.

snapseed-2Voilà mes achats de la semaine dernière. Tous ces vêtements sont disponibles en ligne mais je n’oublie pas que mon corps a construit et mis au monde un enfant, qu’il la nourrit encore et par conséquent qu’il ne répond plus aux catégories standardisées des tailles, par ailleurs variables d’une marque à l’autre. Si vous avez le temps, l’occasion et le courage, je vous conseille de pousser la porte d’une boutique spécialisée :

  • Kangourou, à côté du IKEA de Zaventem mais également à Namur
  • 9bulles à Liège

L’accueil dans ces deux magasins est hyper personnalisé et charmant. Je n’ai pas regretté mes expéditions, Bruxelloise ixello-centrée que je suis d’habitude.

La carte de banque a bien chauffé la semaine dernière mais c’est autant de boîtes de lait économisées et surtout, autant de moments tendresse pour la Petite Snottneuse et moi. A la maison, à l’extérieur, à Bruxelles, en vacances. Partout. ❤

 

 

Un joli carton

Le roman de l’été.

Il drache sur Bruxelles mais les grandes vacances sont là. Finalement. Il paraît que c’est l’été même si on dirait que c’est encore l’hiver ou déjà l’automne. Encore quelques semaines de patience avant de prendre la tangeante vers des cieux plus cléments mais je commence doucement à préparer les valises. Cette année, quelque part entre la crème solaire, le chapeau de paille et les combishorts, j’embarque avec nous un bon bouquin qui risque bien de me tenir en haleine du matin au soir et si pas du soir au matin, certainement 3 fois par nuit. Ce bouquin pèse désormais plus de 4 kilos et sent le petit lait. C’est un grand succès de librairie qui a été unanimement salué par la critique littéraire. Avec le Beau Gino, on est fan du titre et pour cause, nous l’avons choisi : Sasha.img_4267-1

Lire la suite

Des jolis faire-part

Désuet.

A l’heure des plus si nouvelles technologies, des smartphones et du wifi partout, il y  a néanmoins des coutumes qui subsistent. Parmi celles-ci, la jolie coutume d’annoncer un évènemment souvent heureux, parfois malheureux, au moyen d’un bout de papier qu’on appelle faire-part, un mot valise très pragmatique.

C’est une coutume à laquelle je suis attachée, comme celle des cartes postales en vacances, des petits inserts de bonheurs passés, présents ou à venir, qui adoucissent des piles de prospectus nons désirés ou pire, de factures redoutées. Pourtant, les faire-part et les cartes postales de vacances, ce n’est pas très recommandé quand on essaye de limiter sa production de déchets. C’est certain. Tout comme c’est certain qu’on ne se marie pas tous les ans pas plus qu’on fait des enfants tous les mois ni qu’on part en vacances toutes les semaines. Heureusement ou hélas, c’est selon.

Arrivée à ma 31e semaine de grossesse et impatiente de passer le cap des 39, je commence à m’activer pour préparer l’arrivée de la Petite Snottneuse, avec la douce illusion que ca fera passer le temps plus vite. Le Beau Gino est de corvée montage de meubles, tandis que je fais tourner des machines de petits pyjamas que j’avais eu la prévoyance d’acheter en blanc pour le Snottneus. Du rose pastel et des petits nuages font discrètement leur apparition et il y a même une valise de maternité qui se constitue avec tous mes essentiels pour le Jour-J, dont je vous parlerai bientôt. Bref, lentement mais sûrement, ça avance, la Petite Snottneuse se fait une place dans la maison, au fur et à mesure qu’elle prend de la place dans mon ventre, toujours en siège, bien assise sur ma vessie (et sur mon nerf sciatique).

Mais dans ma check-list il reste deux tirets par encore checked : le choix du prénom et le choix du faire-part. Pour compléter notre présélection, j’ai délaissé les livres de prénoms (déjà lus plusieurs fois, de A à Z et de Z à A) pour chercher l’inspiration du côté des sites de faire-part. J’en ai trouvé des très jolis, pleins de douceur et de poésie. Je vous montre ? Lire la suite