Une lettre au Père Noël

Cher PPN (Petit Papa Noël)

Bientôt, tu vas descendre du ciel avec des cadeaux par milliers. Tu viendras les déposer par la porte ou par la cheminée, en point relais ou par recommandé. Certains seront petits, certains seront gros mais beaucoup d’entre eux seront emballés, ficelés et étiquetés. Cette année encore, et malgré mes réticences, tes lutins m’ont demandé ce que je souhaite recevoir parce que cette année encore, j’ai été sage et cette année aussi, je crois qu’on peut dire que j’ai été brave. Maintenant qu’elle se termine, je réalise à quelle point je suis prête à en tourner la page, de cette année qui est passée trop vite, trop fort, trop, tout simplement trop. Trop de tout et pas assez de rien. Alors maintenant, c’est de ça dont j’ai envie : de rien. De rien à l’agenda, de l’air dans mes poumons, du vent sur mes joues. Rien, tu comprends ? Parce que je n’ai pas tout mais ce que j’ai, cela vaut tout l’or du monde, toutes les machines à café, tous les bijoux et tous les ustensiles de cuisine. Parce que ce que j’ai, je l’ai déjà en deux exemplaires, un de chaque sorte et chacun de la plus belle qualité. Parce ce que j’ai, ils sont deux aussi et je les ouvre chaque matin, mieux vaut trop tôt que jamais plus. Parce que ce que j’ai, je n’en ai qu’un.  Il est un peu rafistolé mais il bat vite et bien. Si bien qu’il s’accroche encore, qu’il s’accroche toujours lorsqu’il est malmené.

Mon cher PPN, tu comprends, mes cadeaux ne s’emballent pas même si je les attiffe parfois de rubans ridicules. Certains d’entre eux, ce sont tes petits lutins qui me les ont donnés, ceux-là même qui me sondent chaque année pour connaître mes désirs. Ceux-là même qui connaissent ma réalité. Ne viens donc pas m’encombrer de papier, de ficelles et de babioles, je te préviens, tout ça filera au bac à brocante dès que tu seras remonté au ciel. Allez, puisque vraiment tu insistes pour me gâter, tu sais, plus que l’amour, plus que la vie et plus que l’amitié, ce dont je manque à présent et que je ne veux plus partager, c’est du temps, du sommeil et du bien-être, pour réparer mon coeur et mon corps tous les deux cabossés par cette rude année.

Alors si tu trouves une jolie boîte et un ruban ridicule, dedans tu peux y mettre quelques jours, un peignoir et des draps amidonnés. N’oublie pas des petites pantoufles et des massages par milliers, des heures seules, de la lecture et une bonne tasse de thé.

D’avance, merci mon PPN et bise à Rudolph, tu sais, mon préféré  ❤

4 réflexions sur “Une lettre au Père Noël

  1. Magnifique👍‼️ J’espère vraiment que PPN t’entendra et t’apportera ta boite avec quelques jours rien que pour toi, un peignoir, et des draps amidonnés 🌺😉😀🌺

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s