Quatre ans

Toi.

Quatre ans déjà. Quatre ans et presque toutes tes dents. Quatre ans ce midi, que tu es sorti de mon ventre, quatre ans, après cette longue nuit, que tu es entré dans nos vies. Quatre ans tout pile, pour l’état civil. Quatre ans et 8 mois pour lui, ton Papa, quelques heures de plus pour moi, ta Maman, depuis cette après-midi de janvier où l’on a su que tu existais, sans trop savoir où cela nous mènerait.

Et pour la première fois ici, où tu es mon -plus si petit – Snottneus, je te parle comme s’il n’y avait que nous, comme si c’était une lettre que peut-être un jour tu retrouveras, quand tu seras plus grand encore, quand je serai plus vieille aussi. Quand ce sera toi le grand et moi la petite, un moment que j’espère lointain mais que j’espère quand même. Parce qu’aujourd’hui je vais te regarder plus émue qu’à l’accoutumée, je vais me remémorer tous les détails de cette journée de septembre 2012, ces petits riens qui ne font pas l’histoire mais qui tissent le coeur des mamans. Je vais me souvenir des heures avant, des heures pendant et des heures après, de ces premiers moments à nous trois et puis aussi un peu à nous deux. Parce qu’entre un caca-boudin et un gateau super-héros, entre les bisous prout et les cadeaux tu n’auras que faire de ces sentiments qui parfois me submergent. Je les couche ici à l’encre virtuelle, pour plus tard, si un jour tu veux savoir.

Mais à vrai dire, tu le sais déjà, dans ton petit coeur d’enfant. Tu le sais hein ? On le sait, toi et moi, comme on s’aime, comme on se ressemble et pas seulement en apparence. On se comprend même quand on est fâchés, parce qu’on est fâchés tout pareil, on pleure beaucoup, on crie parfois, on est les meilleurs boudeurs de la terre. Deux crocodiles, moi et toi, aux larmes qui tombent à grosses gouttes, gare à l’inondation … Un coeur d’artichaut aussi, mais un seul, le tien car le mien il s’est un peu endurci au fil des années. Tu verras, je te montrerai comment le protéger et s’il y en une qui vient te le briser, elle verra de quel bois je peux me chauffer.

Oui, tu sais qu’on t’aime, j’ose le croire mais pour en être sûre, je te le répète tous les soirs, que tu dormes, que tu boudes ou que tu te marres. Ne jamais s’endormir fâchés, ça ne vaut pas que pour les Papas et les Mamans, c’est bon aussi pour les enfants. Les enfants, car vous êtes deux maintenant. Cette année, avec quelques mois d’avance, on t’a offert une petite soeur. C’est pas toujours un cadeau, je sais comme au début, elle t’a cassé les oreilles. Et pourtant, tu es resté docile et patient, presque toujours obéissant. Tu verras, elle te le rendra au centuple, cette petite nana. Vu les sourires qu’elle te dégaine, elle sait déjà la chance qu’elle a de t’avoir comme grand frère.

Quatre ans. Quatre ans aujourd’hui que tu es né, lentement mais sûrement. Quatre ans de douceur, mon petit Snottneus, mon petit Lulu, mon petit coeur en sucre. Quatre ans avec ton Papa aussi et quatre mois avec ta petite soeur mais 9 mois et 4 ans ensemble, ça vaut bien, le temps d’un câlin, le temps de cet article,  un petit aparté, juste toi et moi ❤

img_7018

3 réflexions sur “Quatre ans

  1. Quatre gros bisous (des bisous doux, des bisous prout, des bisous mouillés, des bisous nez, des bisous dans le cou, … des bisous comme vous les préférez) pour ton grand Snottneus de quatre ans.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s