Du temps (que) pour moi

-Concours Inside-

Lundi, après plus de 5 mois d’inactivité professionnelle et de suractivité maternelle, j’ai repris le boulot. Malgré un petit pincement au cœur durant le trajet en tram qui m’a amenée au centre de Bruxelles, j’étais plutot contente de retourner dans un endroit où je ne serai ni avec la petite Snottneuse, ni avec son grand frère ni avec le Beau Gino. Aucun d’eux ni les trois en même temps. Autant vous dire que ce n’est plus arrivé depuis longtemps. Et encore mieux, je serai  payée pour ça !

Ah le travail, c’est quand même formidable. C’est la santé, la liberté, c’est un sac de grande avec des dossiers et un laptop dedans et non un vieux tote bag avec des lingettes, des coussinets d’allaitement et des playmobiles. C’est un pantalon noir assorti à une paire de ballerines et pas un vieux short qui mérite le nom de sac à prouts, assorti à des baskets d’ado (le short pas les prouts, quoique …). Etre au travail, c’est déjeuner en paix et prendre son café en riant ♫  Lundi, je me suis sentie légère malgré mes derniers kilos à perdre.

Hier, mardi, j’ai un peu moins ri. Parce que j’ai réalisé qu’au fur et à mesure qu’on vieillit avance dans la vie, le temps, les journées, les heures et les minutes passent de plus en plus vite. Et qu’il y a tellement de choses à faire mais progressivement si peu de temps pour les faire. Les choses que l’on doit faire et les choses que l’on a envie de faire. Parfois ce sont les mêmes, parfois pas. En clair, mardi, comme je l’expliquais à une de mes co-belgomums, j’ai eu l’impression de monter dans le Space Mountain à 8h du matin et d’en être descendue à 21h, après que les snottneus et le Beau Gino soient neutralisés, les premiers dans leurs lits, le deuxième dans le canapé. Et mon temps pour moi dans tout ça ? Mon blog, mes recettes, mes bricolages, ma pile de livres sur ma table de chevet, mon tapis de yoga (vous là-bas dans le fond, pas rigoler hein !)

Car quand je descends de mon Space Mountain, mon temps pour moi, j’ai tendance à le bâcler. Je rêvasse, je chipote, je procrastine. Enfin vous voyez quoi. Comment ça, non ? Mais si …  On regarde un peu Instagram et/ou Facebook, la fin du journal de 20h (surtout si c’est celui de France 2 avec Delahousse ❤ ) ou le début d’un film (surtout si c’est la Boum ou Dirty Dancing ou encore mieux, Pretty Women, même si on les connaît par coeur – « Rien que la salle de bains, c’est plus grand que le Blue Banana »), on range un truc, on s’enlève un poil, on fait un détour par le frigo ou l’armoire à biscuits, on se dit qu’on devrait trouver une solution pour accrocher les vestes dans le couloir, on regarde vite sur Pinterest en tapant « vestiaire + DIY + facile » puis comme il y a une image de gratin de pommes de terre au romarin qui s’affiche, on lit la recette pour s’inspirer pour le dîner de samedi …. et ainsi de suite. Deux heures sont passées, il est temps d’aller se coucher et on a rien fait. Alors, vous voyez maintenant ?

jjjjhèg

Comme me dit souvent le Beau Gino, le temps ça se prend et il a bien raison. Je rajouterais même que du temps pour soi, ça s’organise. Du temps que pour soi. Pas pour les enfants, pas pour le conjoint. Pas pour les copines ou les collègues. Ni pour les poils, ni pour Delahousse ou Julia Roberts. Même pas pour le salaire. Peut-être pour remuscler ses fesses, ou pour les remplumer. C’est comme on veut. Donc hier soir, j’ai un peu moins ri, j’ai beaucoup baillé et je me suis écrasée comme une vieille merde dans le canapé . Je n’étais plus sûre d’avoir le temps ni l’énergie de le prendre, ce temps pour moi.

Pourtant et heureusement, il est déjà prévu ce temps -que- pour moi. En dehors de la maison, en dehors du boulot, toutes les semaines je m’accorderai 3 heures pour faire quelque chose uniquement pour moi, grâce à l’école SASASA qui m’a proposé un chouette partenariat en juin dernier. Un drôle de nom pour une école, n’est-ce pas ? Pourtant quand on additionne Savoirs, Sagesse et Saveurs, on obtient SASASA. On pourrait ajouter Soir aussi puisque cette école un peu spéciale propose principalement des formations pour adultes qui se donnent exclusivement en soirée.

sasasa

Le mantra de l’école SASASA, c’est un peu le thème de ce billet. Se réserver du temps pour soi, que pour soi mais l’utiliser pour en faire quelque chose de productif, apprendre quelque chose pour son propre et simple plaisir. Moi j’ai choisi d’apprendre à utiliser l’appareil photo que je me suis offert pour mes 1 an sans cigarettes (c’est demain, joyeux anniversaire à mes poumons 🙂 ), je commencerai donc un cours de photo dès le 21 septembre, toutes les semaines jusqu’en décembre. Mais comme vous pouvez le voir sur le site de l’école (www.sasasa.be), il y a pleins d’autres formations. Ca va du cours de cuisine à la création de bijoux en passant par des cours de mosaïque ou de danse orientale. Avant de me décider pour le cours de photo, j’ai d’ailleurs hésité entre le cours de chant et le cours d’écriture que je retiens pour un prochain cycle.

Pleins de cours différents donc mais aussi pleins d’endroits. L’école SASASA dispose de plusieurs antennes à Bruxelles mais aussi à Namur et à Louvain-la-Neuve à partir de cette rentrée. L’école, elle se situe à Schaerbeek et c’est d’ailleurs à cette adresse ( 2, avenue Maeterlinck à Schaerbeek) que se tiendront la journée portes ouvertes le dimanche 18 septembre et l’exposition de différents travaux dans le courant du mois de décembre.

Alors, je vous ai convaincus de l’importance d’organiser son temps -que- pour soi ? Si oui, venez faire un petit tour sur la page facebook du blog, grâce à SASASA j’ai le plaisir de vous offrir le cycle de cours de votre choix (sous réserve des disponibilités).

Voilà. Je resterais bien à zieverer avec vous et à se refaire toutes les répliques cultes de Dirty Dancing et des deux Boums mais j’ai mon Space Mountain qui m’attend. Quoique vous fassiez, prenez le, ce temps. Le temps de faire ce qui vous rend heureux !

Les infos :

Ecole SASASA

2 avenue Maeterlinck

1030 Bruxelles

http://www.sasasa.be

(rentrée le 19 septembre)

Une réflexion sur “Du temps (que) pour moi

  1. Ah oui, le temps qui file et qui passe. Et memeen travaillant a domicile, sans « perdre » de temps dans des trajets, ce temps m’echappe!
    Trois minis, plus si minis d’ailleurs, qui m’accaparent des que la choche a sonne…

    Mais tout de meme avec les enfants qui grandissent, meme juste un peu, le temps pour soi revient sur la pointe des pieds!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s