Une routine matinale

Ya rire et rire.

Et là, j’ai ri. J’ai ri si fort, j’ai ri de bon coeur, j’ai même pleuré de rire. Vous savez, ces rires qui se finissent en un soupir et puis qui repartent de plus belles. C’est un rire comme ça qui s’est échappé de moi, ce jour où j’ai lu deux articles sur la routine matinale soi-disant miraculeuse pour réussir sa vie. Et de nouveau, rien que de l’écrire, je sens le rire me chatouiller le fond de la gorge.

Bon, avant de recommencer à me gondoler, je vous explique de quoi il s’agit :

L’autre jour au boulot, je m’accorde une petite pause lecture et je surfe sur les pages du très chouette blog à mamans Les Louves. Un article au titre évocateur retient mon attention : Faut-il se lever une heure plus tôt pour réussir sa vie ?   Ce postulat, pour le moins incongru, provient d’un autre article, dont l’auteure explique qu’à l’instar de plusieurs successful people, elle a pris le pli de se lever à 5h30 pour méditer, consigner ses objectifs de vie dans un journal (en précisant : pas un journal d’ado avec des petits coeurs ! ), visualiser sa journée, lire pour absorber des connaissances qui nous aideront à réaliser nos objectifs (facebook, people.com et instagram ça ne compte pas) et enfin, faire du sport pour évacuer le stress.

Je pense que chez Les Louves, elles ont beaucoup ri aussi. Surtout lorsqu’elles se sont demandé si des Mamans pourraient s’astreindre à une telle routine. Leur réponse à elles : impossible, pour une maman de jeunes enfants, ces petits êtres adorables qui se réveillent systématiquement avant leurs parents, question de principe.

Ce jour-là, après avoir beaucoup ri, j’ai acquiescé devant leur constat. Me lever à 5h30 le matin, même si j’en avais envie, ce serait tout simplement impossible. Mais depuis quelques jours, tous les matins, j’y repense, à cet article et je finis par me dire qu’à peu de choses près, je me l’applique déjà, cette routine,  grâce à mon Snottneus et avec le concours bienveillant du Beau Gino.

En effet, tous les matins, je me lève une heure avant le réveil, quand toutes les autres personnes de ma rue dorment encore – sauf le Snottneus, evidemment. Ensuite, je fais plusieurs aller/retour dans les escaliers pour descendre l’arsouille dans le salon, monter le linge dans les machines, descendre les vêtements et les chaussures de la journée (et le petit train rouge), remonter me laver les dents, redescendre mettre la table du petit déjeuner (et allumer la téloche pour Peppa Pig), remonter m’habiller, redescendre déjeuner, une demi-fesse posée sur la chaise. Voilà. Activité physique : check ! Evacuation du stress : pas le temps d’y penser donc check aussi ! Certains matins, on peut rajouter la corvée tâche d’habiller le Snottneus qui fait le mort  dans le canapé et conseiller le Beau Gino, qui ne fait pas le mort (après 7h20) mais qui ne fait pas la différence entre bleu ciel et bleu marine (ni entre panier à linge sale et panier à linge propre). C’est une vraie gym du corps et de l’esprit. Sauf que personne ne me dit Namasté après.

Pendant ce temps-là, je lis aussi des informations stimulantes qui m’aident à accomplir mes objectifs de vie : la météo du jour, le deficit de mon compte en banque, mon relevé de carte de crédit, les désidératas de Madame V. , la maîtresse du Snottneus (et je decouvre que les feuilles à colorier ont un poids … et qu’une fois n’est pas coutume, on préfère les grosses au fines. Véridique).

Ensuite, je consigne sur le dos d’enveloppes de factures (sans petits coeurs dessus), ma liste de To Do/To Buy. Bon là, je dois reconnaître qu’il y a encore un petit effort à faire. Passer au Delhaize, finaliser une note stratégique, adapter un planning, trier les chaussettes et faire mes ongles ne sont pas, à proprement parler, ce qu’on peut appeler des objectifs de vie.

Et puis enfin, je fais le vide et je me concentre, la main sur la porte, le sac sur l’épaule : clés, téléphone, portefeuille, agenda, badge, abonnement de tram, Snottneus, cartable. Ca dure 20 secondes mais c’est très intense aussi. C’est une technique inspirée du Dalaï Mama, quoi, vous ne connaissez pas ? Tout le monde à une Dalaï Mama dans son entourage, à commencer par la sienne.

Et voilà. C’est comme ça qu’on part le matin vers l’école, une trace de snotte sechée sur le pantalon pour l’une, une trace de choco sur la joue pour l’autre. C’est notre routine du matin. Peut-être pas pour réussir notre vie mais pour arriver à l’heure à l’école et au boulot. Pour réussir ma vie, je ne suis pas certaine de connaître la bonne méthode. Je crois que rire est un bon début. Et là, quand je repense à cet article … j’en ris encore !

😉

todolist

4 réflexions sur “Une routine matinale

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s