Des cheveux propres

Sans déchets, ou presque.

Des cheveux propres, dans tous les sens du terme. Depuis quelques semaines, j’ai réfléchi à ma routine « cheveux » dans le cadre de ma transition dont je vous parlais ici. Ca n’a pas été évident car mon cuir chevelu n’est pas en bon état. Il est donc impensable pour moi de pratiquer le no-poo, cette tendance qui limite progressivement les shampoings pour arriver à un mode de vie sans shampoing du tout (d’où le no poo, terme assez bizarre, j’en conviens). En effet, quand on pratique le no-poo, il faut se brosser vigoureusement et régulièrement les cheveux. Or les miens, de cheveux, au moins ils voient une brosse, au mieux ils se portent.

Il me fallait trouver une routine me permettant de réunir les trois E nécessaires selon moi, à ma transition : Ecologique, Economique et Efficace. C’est désormais chose faite, mais aussi testée et approuvée. Je vous explique ?888

Dans mon effort pour éradiquer le plastic de ma salle de bain –nettement plus facile à écrire qu’à faire-, après avoir interdit les gels douches, même les soi-disant bio, j’ai banni les flacons de shampoing en les remplaçant par une pépite de la super marque Lamazuna : un shampoing solide, naturel, sans toute une série d’ingrédients qu’on ne mettrait jamais dans notre assiette ou sur le pete de nos bébés mais avec lesquels on se malaxe le crâne tous les trois jours.

Le principe de ce shampoing solide est assez simple, tout comme le bon vieux savon : on le passe sous l’eau, on frotte son cuir chevelu, on fait mousser et puis on rince. Rien d’extravagant. Et pourtant. Ce petit bloc qui ressemble à un cannelé (un peu pourri, mais un cannelé quand même) a une espérance de vie de 3 mois*, ce qui permet également une sacré économie vu son prix : une douzaine d’euros. On a déjà deux E : écologique et économique.FullSizeRender

Néanmoins pour le troisième E, l’efficacité, il y avait un petit souci. Mes cheveux était bien propres. La dessus, rien à redire. Mais le nœud du problème … c’était : les nœuds ! Mes cheveux étaient indémêlables (j’ai vérifié : c’est au Larousse). Quand on cherche à éviter l’usage de la brosse c’est pas l’idéal. C’est plutôt l’option pour un look dreadlock tout droit sorti des années 90′ (vous savez, le mec de The Offspring et celui de Take That). Bref. Il me fallait une solution qui me permette de 1. démêler mes cheveux tout fins 2. sans les rendre gras 3. sans générer trop de déchets , ni en intégrer dans mon organisme.

Quelques recherches sur internet plus tard, j’ai essayé une astuce à laquelle je ne croyais vraiment pas : le vinaigre blanc. Dans ma douche ce jour-là, j’ai emporté un verre (250 ml) de vinaigre blanc, le même que j’utilise pour détartrer ma bouilloire, faire briller mes vitres et préparer ma vinaigrette moutarde/mayo. Oui, celui qui coûte 80 centimes la bouteille (en plastic, *=%#@ !!) au supermarché. Après avoir rincé mes cheveux de mon shampoing solide, j’ai versé doucement le verre sur mon tas de nœud, je l’ai massé et Oh Miracle! j’ai senti les nœuds se défaire comme par magie. Ensuite, j’ai bien rincé à l’eau froide pour la brillance mais aussi pour enlever l’odeur de vinaigre (pas la plus sensuelle de la terre).

Alors j’ai trouvé mon e de efficace, mais un e minuscule. Car une fois mes cheveux peignés – comme dans du beurre – et secs, il subsistait une odeur de vinaigre assez tenace et pas super agréable.  J’ai alors réitéré l’expérience en ajoutant à mon verre de vinaigre une goutte d’huile essentielle au nom rigolo : Petit grain bigarade, une huile obtenue à partir des feuilles et rameaux du Bigaradier dont le fruit est l’orange amère. De quoi écrire efficace avec un E majuscule.FullSizeRender55

Outre son odeur agréable qui rappelle celle de la fleur d’oranger, cette huile essentielle présente des vertus anti-inflammatoires, cicatrisantes et calmantes pour certaines affections cutanées. Bref, parfait pour moi et pour le Beau Gino qui n’a plus l’impression de dormir à côté d’une vieille bouilloire en phase de détartrage.

Pour renforcer cette odeur agréable, on peut aussi ajouter quelques gouttes d’hydrolat de fleur d’oranger, qui coûte quand même nettement moins cher que l’huile essentielle du même nom (ou plutôt Neroli, pour reprendre son nom officiel).

°

Voilà ma nouvelle routine pour des cheveux propres au naturel, qui minimise les dépenses comme les déchet et qui me donne des cheveux tout propres et super brillants. C’est dans le très joli magasin Senz, situé rue Simonis à Ixelles que j’ai trouvé non seulement les produits mais aussi et surtout les conseils avisés et adaptés à mon cas, pour ne pas dire à mon scalp. Une très jolie adresse dont je vous reparlerai bientôt.

Pour la rendre vraiment parfaite, cette routine, il faut maintenant que je trouve un endroit à Bruxelles pour me fournir en vinaigre blanc dans un contenant recyclable et ça ne me semble pas être une mince affaire … si vous avez une idée, envoyez-moi un petit mail 😉

EDIT

Quelques mois plus tard et après le beau petit succes de cet article, je vous explique les petites adaptations de cette routine suite aux conseils reçus et notamment la recette d’après-shampoing développée par mon amie Sophie que j’ai un peu remaniée à ma sauce.

  1. Pour le vinaigre blanc, j’achète désormais les bouteilles en verre de la marque Main Bleue. Un peu plus onéreux que le vinaigre produit blanc mais une fois vidée, la bouteille va dans la bulle à verre et non s’entasser dans la poubelle PMC dont j’essaye de reduire le volume.
  2. Avant de tenter la recette de Sophie, j’ai utilisé du vinaigre de pomme, sur les conseils de Celestine. C’est en effet plus doux et ça schlingue un peu moins que le vinaigre blanc.
  3. J’ai finalement adapté la recette de Sophie en utilisant du pamplemousse, de la sauge et 1 goutte d’huile essentielle de citron (autorisée pendant la grossesse). La recette ? J’ai fait macérer les pelures d’un demi pamplemousse avec 2 feuilles de sauge dans 250 ml de vinaigre blanc et ce pendant 15 jours. J’ai passé le mélange au chinois et je le conserve dans un récipient à spray, bien plus commode pour l’application sur mes cheveux. Le spray me permet de concentrer la dose sur les gros noeuds. IMG_1330image1

Voilà. C’est gai à faire, ça ne coûte pas grand chose et ça fait moins de crasse dans la poubelle (et dans notre organisme) 🙂

 

 

*en se lavant les cheveux 2 à 3 fois par semaine.

14 réflexions sur “Des cheveux propres

  1. Pour le vinaigre, une alternative aux bouteilles en plastique est le vinaigre Etoile (en plus, c’est local: la production est à Wavre!) qui met ses vinaigres en bouteille de verre. C’est un petit pas supplémentaire (bon, ok, le bouchon est plastique, et tu n’en trouves pas en vrac…).

    1. Oui en effet, et il est largement utilisé dans l’horeca. En tous cas dans les différents restos où j’ai travaillé. Mais je ne sais pas où on le commercialise, je vais mener ma petite enquête 🙂 Merci pour le tip ! (et pour le bouchon en plastic, ils vont dans les sacs PMC, c’est déjà ça)

  2. mais sinon…tu peux en faire du vinaigre ! Il suffit de vin, d’une mère et d’un vinaigrier. De là à avoir envie de se mettre du vinaigre de vin rouge sur les cheveux…c’est Gino qui me remerciera 😉

  3. Bonjour Belle Ginette,
    Peut-être trouveras-tu du vinaigre « en vrac » chez Chyl, qui a ouvert cet été à Ixelles ?
    Il paraît qu’ils ont un choix impressionnant, mais je n’ai pas encore pu le vérifier moi-même…

    1. Eh bien écoute, c’est marrant que tu m’en parles parce que ce nouvel endroit, c’est vraiment tout tout près de chez moi et je viens de voir un post sur leur page facebook où ils disent que les produits ménagers peuvent s’acheter  » à la recharge » … j’y suis déjà allée et j’ai trouvé le magasin plutôt pas mal, je vais donc retourner en ouvrant l’oeil 🙂

  4. Moi aussi, je suis comblée par le shampoing solide Lamazuna! (et pas de problème de noeuds à signaler, mais je n’en ai jamais)
    Pour le rinçage au vinaigre, le mieux est de le diluer dans une bouteille d’eau (1/2 verre de vinaigre dans une bouteille d’eau et hop, on rince) et pour l’odeur, d’utiliser du vinaigre de cidre, un peu plus doux ^^

  5. Ooooh! Je note l’idée du shampoing solide! Bon, faudrait aussi que je passe par l’étape vinaigre, vu mes pauvres cheveux fins et vite emmêlés, mais je vais me renseigner.

    Merci Belle Ginette!

  6. Merci Belle Ginette pour ces conseils!
    Je viens d’adopter ce shampooing solide et en suis ravie!..
    En 2 utilisations, je suis passée d’un lavage tous les 3 jours à quatre jours désormais.. Aucun soucis de noeuds de mon côté malgré des cheveux assez longs.
    J’ai par la même occasion adopté le déo solide Lamazuna qui me convient également super bien!
    Une belle découverte, merci!

    1. Ah bin chouette ! Depuis lors, je me suis procurée un flacon à spray pour appliquer le vinaigre de manière plus uniforme et comme suggéré par Célestine Causettes, j’utilise du vinaigre de pommes, un peu plus doux. Brillance assurée. Si ça t’intéresse, stay tuned car je vais bientôt publier un article sur ma routine visage, zéro déchets et surtout, très pratique pour les aventurières 😉 bisous !

  7. Ravie de lire cet article. Cela me rend impatiente de me laver les cheveux avec mon tout nouveau shampoing solide ce weekend. J’ai passé une bonne heure sur le site de Sebio (www.sebio.be) pour trouver de l’huile alimentaire spéciale bébé et j’ai craqué sur le shampoing solide et les emballages de tartines à réutiliser de chez Kids Konserve. Et de l’eau de bleuet pour me refaire du démaquillant pour les yeux. Me réjouis de découvrir ta routine visage

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s