Une (bonne) Maman

Même quand on est une maman, on a toujours besoin de sa maman.

Je n’oublierai jamais cette phrase que m’a dite un jour ma grand-mère, il y’a très longtemps. Petite fille, je ne l’ai pas bien comprise et j’en ai retenu la moitié : on a toujours besoin de sa maman. Et puis j’ai grandi. Et au fil des années, j’en ai eu moins besoin, de ma maman. J’ai terminé mes études, je suis devenue indépendante financièrement, j’ai développé mes propres habitudes, mes recettes, j’ai appris pleins de choses grâce à plein de personnes. J’ai rencontré le Beau Gino, j’ai vécu déjà une bonne partie de ma vie, je suis devenue une adulte. Et puis à mon tour, je suis devenue maman.

Désormais, c’est donc moi la maman, l’adulte responsable, celle qui sait, celle qui gère. Celle dont on a besoin. Tout le temps, ou presque. Mais maintenant j’ai compris : On peut devenir indépendante financièrement, on peut choisir ce qu’on mange, et même de manger devant la télé, les pieds sur la table basse, on peut voyager seule et libre à travers le monde, on peut devenir adulte, mais on reste toujours le bébé de sa maman.

Je n’ai plus besoin de ma maman, comme j’en avais besoin avant. Mais j’ai toujours besoin d’elle, autrement. Parfois et heureusement, rarement, j’ai besoin d’elle comme avant : pour essuyer mes larmes, pour me prêter son cou dans lequel ma tête d’adulte s’emboîte encore parfaitement, pour être le dernier filet de sécurité, pour me rattraper si je tombe, pour me soigner, me border, quand mon corps me fait défaut et que le Beau Gino est impuissant devant ma douleur.

J’ai encore besoin de ma maman pour savoir que quelqu’un, quelque part, sur cette terre ou ailleurs, m’aime inconditionnellement, comme sa maman à elle l’a aimée et comme moi j’aime déjà mon Petit Snottneus.

Joyeuses fêtes aux mamans, à leurs mamans et à leurs bonnes mamans

photo : the family of man
photo : the family of man

8 réflexions sur “Une (bonne) Maman

  1. Très beau billet. Tu as mis les mots sur les très beaux sentiments que représente la relation mère fille. Pour ma part la relation n a pas toujours été au beau fixe mqis jene pourrais pas me passer d elle.

    1. Merci ! Effectivement, les relations mères-filles ne sont pas toujours un long fleuve tranquille mais le lien, quel que soit sa qualité, reste immuable 🙂

  2. Quel beau billet….que j’aimerai que ma fille écrive un tel texte plus tard….Malheureusement, pour ma part, le lien est pour le moment coupé avec ma mère. Elle m’a étouffée et surtout n’a pas su me protéger, m’aider et me soutenir quand j’en ai eu le plus besoin. Et quand je suis devenue maman à mon tour, j’ai réellement pris conscience de la gravité de la chose….

  3. Maman et moi avons une relation que je ne qualifierai pas de fusionnelle mais presque. On se parle tous les jours. Très joli billet. J’aime particulièrement ce passage « …pour me prêter son cou dans lequel ma tête d’adulte s’emboîte encore parfaitement ». Cela m’évoque l’idée que l’espace entre nos épaules et notre cou est prévu aussi pour ça…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s