Un compromis

Signer des papiers.

Aller voir les banques, prendre rendez-vous chez le notaire, faire des calculs et encore des calculs, des prévisions et des estimations. Faire des plans, les rêver, les confronter à la réalité, les adapter. Fixer des dates, jongler avec les calendriers, le sien, le mien, les leurs. Se réjouir et se stresser, les deux en même temps. Penser peinture, meubles, rénovations et ré-organisations. Imaginer, quand on y sera … comment ce sera.

Il y a un an, je n’attendais que cela. Franchir le cap, avec un business plan solide entre mes mains. Ouvrir un endroit qui me ressemble, pour gagner ma vie et pas qu’au sens économique du terme. Investir et m’investir dans une nouvelle vie professionnelle, faites de hauts et de bas, de peines et de joies. Sauf que ce cap-là, je ne l’ai pas franchi. Trop de bas, trop de peines pour combien de joies ? Un beau projet, certes, mais à la rentabilité limitée.

12 mois se sont écoulés depuis ce printemps 2014 durant lequel mes envies d’entreprenariat ont commencé doucement à prendre l’eau. La faille essentielle dans mon projet tient à une joie en particulier : la maternité.

Parce que les bases de mon projet tel que je l’avais construit étaient incompatibles avec mon rôle de mère, tel que je le vois, tel que je le veux. Parce que je sais que j’aime trop mes enfants, celui qui est déjà là et ceux à venir, qu’en plus de les faire, je veux leur mettre le pied à l’étrier, les éduquer avec la paume de mes mains et le son de ma voix, durant ces premières années où on communique plus par les sens que par les mots. Parce que je ne suis pas encore prête à déléguer majoritairement cette prérogative, à une grand-mère, à une nounou, tout juste à un Papa et encore.IMG_7801

Et pourtant. Depuis quelques semaines, on en a signé, des papiers, on a été en voir, des banques, on en a fait des calculs, des prévisions et des estimations. On en a fait, des plans, on est d’ailleurs toujours occupés à les confronter à la réalité et à les adapter. Et pour ça, on jongle avec les calendriers, le mien, le sien, les leurs. On se réjouit mais on se stresse aussi. On pense peinture, meubles, rénovations et organisation. On a hâte d’y être … chez nous.

Depuis toujours, je n’attend que cela. Acquérir un endroit qui nous ressemble, où je gagnerai ma vie, mais pas au sens économique du terme. M’investir dans une vie de famille, une vie d’amis, faites de rires d’enfants et de verres qui trinquent, de petits plats dans les grands et de dîners à l’improviste, mais aussi de soirées tranquilles et de matins fou-rires. Et ce cap-là, aujourd’hui, on le franchit enfin. Un beau projet si banal mais néanmoins vital à mes yeux.

Il y a un an, j’ai compris que je devais faire des choix. Il n’y a que dans les chansons de Queen* qu’on peut dire qu’on veut tout et qu’on le veut maintenant. Alors j’ai choisi de remettre certaines aspirations à plus tard et de saisir de nouvelles opportunités. Avec le recul, je peux dire que c’est cette décision qui m’a demandé le plus de courage et non celle de -presque- tout plaquer pour partir à la recherche de mon bonheur professionnel. J’ai donc décidé de faire un compromis au sens figuré, qui a débouché sur un compromis, au sens propre.

Et aujourd’hui, je signe un acte au sens propre mais j’en pose un, au sens figuré :

Celui de mon (porte)bonheur. Un bonheur tout court.

20150428-225246.jpg

* dans la version originale : « I want it all, I want it all, I want it all and I want it now  » ♫

6 réflexions sur “Un compromis

  1. Youhou ! Félicitations ! Hâte d’être à ta place… pour nous dans un mois ou deux mais la maison, on y est déjà 😉 un grand pas dans la vie… un cocon à soi et rien qu’à soi… et y voir grandir ses enfants… c’est juste parfait ! Profites !
    Bizz

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s