Faire un enfant

Des heures sombres.

Dans mon premier article de 2015, j’aurais voulu mettre des résolutions, peu de choses à arrêter, beaucoup de choses à continuer : raler, fumer, être heureuse. En somme. Il me restait quelques illustrations à peaufiner. En stoemelings, au bureau ou plus tard, avant de rejoindre Morphée (et le Beau Gino).

Et puis, en ce premier mercredi de janvier, l’horreur est humaine, une fois de plus. A Paris, 12 personnes sont abattues à bout portant dans une attaque encore inexpliquée, malgré les conditionnels et autres raccourcis dangereux. Durant toute l’après-midi, on lit, on clique, on réseaute socialement, parce que franchement, ce planning annuel, il peut bien attendre. Attendre qu’on digère, qu’on comprenne, qu’on assimile toutes les informations, écrites ou imagées, qu’on s’émeuve même en faisant semblant de travailler.

Oui, je ne vous le cache pas, j’ai passé mon après midi sur internet, en dépit du règlement de travail mais à l’instar de bon nombre de mes collègues, qui comme moi, sont sous le choc, même si on est pas journalistes, ni parisiens, ni même français.

Je ne suis vraiment pas fan de Charlie Hebdo. Je trouve leurs dessins moches et souvent de mauvais goût. Mais comme disait Voltaire, qui n’est pourtant pas un mec que j’ai l’habitude de citer  dans ces pages : je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites mais je me battrais pour que vous ayez le droit de le dire. Donc en gros, Charlie, je trouve que tes dessins sont moches mais ça m’importe que tu puisses les publier … en toute sécurité.

Bref. Belle Ginette n’est pas un blog politique, ni d’actualité ni même d’opinions (ce qui ne signifie pas que j’en suis dépourvue). C’est le blog de la maman très gourmande et un peu bricoleuse que je suis, qui aime lire et vivre. Simplement. Mais vivre. Ce n’est pas ici que je m’indignerai devant l’indicible. J’ai un vrai prénom et un vrai nom pour ça. Mais cependant, j’ai eu envie de partager une réflexion.

En effet, aujourd’hui, dans ce tumulte, une question m’est venue, que j’ai posée au Beau Gino : n’avons-nous pas fait une erreur de mettre notre enfant au monde ? Ce monde de fous, d’extrémistes, les religieux et les autres, où la souffrance est partout, comme elle l’a toujours été et comme il semble qu’elle le sera toujours, malgré cette impression que le genre humain s’améliore avec le temps et les lois.

D’habitude, mes craintes concernant l’avenir revêtent des couleurs plus écologiques que sociétales. La pollution des mers et de l’air, la surconsommation, la surproduction agricole, notre production hallucinante de déchets ménagers. Ca me tracasse pas mal et d’ailleurs, dans ces résolutions de 2015, quelques unes visaient à réduire notre empreinte écologique à coups de DIY lessives et autres yaourtières avec des pots réutilisables.

Ce n’est pas la première fois que je m’interroge de la sorte mais aujourd’hui, cette question me brûle le coeur.  Dans quel merdier on l’entraîne, notre Petit Snottneus d’amour ? Quel adulte pourra-t-il devenir sur cette terre qui semble foncer droit dans le mur ? Y aura-t-il une place pour lui ? Pourra-t-il vivre libre, vieux et heureux ?

Je ne sais pas.

Je ne sais pas grand chose. J’ai si peu de réponses dans la vie. Pétrie d’incertitudes, je passe mon temps à douter. De moi, de nous, de nos envies à notre lieu de vie, de mon bonheur professionnel à mes capacités personnelles, de ma tenue du jour au menu du soir, de la repousse de mes cheveux à ces petits maux pernicieux, du système politique belge à la pertinence européenne, de notre consommation de viande à l’amertume de ma sauce à la Leffe. Et pour être honnête, je dois avouer que sous des abords optimistes, je n’ai pas toujours foi en l’avenir du genre humain, qui n’est pas toujours si humain que ça. La preuve en a encore été faite aujourd’hui.

Mais je sais une chose. Qui ne changera jamais. Quoi qu’on fasse. Quoiqu’on dise. Où qu’on soit. Où qu’on aille. Quoiqu’il fasse, quoiqu’il dise , quoiqu’il lui arrive …

Je serai toujours sa Maman. Et il sera toujours son Papa. Et personne ne pourra jamais changer ça. Bien plus qu’une phrase rituelle avant le dodo, c’est la certitude d’aimer toujours. Ma seule certitude. Celle qui ne changera pas avec l’époque, les modes, les hormones, l’âge, l’Histoire.

La certitude d’aimer pour toujours, c’est une bonne raison de faire un enfant. 

Ce n’est pas la seule mais c’est la mienne.

Ce soir, en bordant mon Petit Snottneus, plus émue qu’à l’accoutumée, je lui ai répété que je serai toujours sa Maman, que le Beau Gino sera toujours son Papa. Que ça ne changera jamais. A mon tour d’aller dormir. Inquiète, émue, consternée, triste mais au creux de mon coeur, une certitude : celle de l’aimer toujours. Ce n’était donc pas une erreur ❤

IMG_2235 

11 réflexions sur “Faire un enfant

  1. Merci pour ce très beau texte, Belle Ginette… C’est une question que je me suis souvent posée…. Mais je n’imagine plus ma vie sans mon Babylove… J’ai aussi l’espoir que mon amour le protègera de tout… Bizoux ma belle….

    1. Oh moi aussi je l’espère. Même si comme j’ai coutume de dire, parfois j’aimerais pouvoir le replier en 4 et le remettre là d’où il vient (aussi le matin à 5h30 … 😉 )
      gros bisous

  2. Magnifique texte très émouvant… Je partage tes craintes mais quand je regarde ma Mini, j’espère que nos enfants pourront changer tout ça à condition que nous les protégions et nous les entourions d’amour !

  3. Et je me pose les mêmes questions devant ma jeune ado de 13 ans …
    Ton texte m’inspire cette belle phrase : « L’accouchement est le seul rendez-vous à l’aveugle où l’on est sûr de rencontrer l’Amour de sa vie » 🙂

  4. Je ne sais si c’est les hormones dûent à l’accouchement mais ton article m’a mis les larmes aux yeux…
    En effet, quoi qu’il arrive, on sera toujours là pour nos enfants et même avec ce qui se passe autour de nous, ça vaut le coup de donner la vie.

  5. Merci pour ce si beau texte qui apporte une réponse à une question que je me pose beaucoup trop souvent ces derniers temps ❤

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s