5 réflexes pour se faciliter la vie

Dans le rythme. Dans le jus. Dans le cake aussi (parfois)

Voilà, j’y suis. De retour dans la vie professionnelle. Septembre a filé comme un pet sur une toile cirée. J’ai à peine eu le temps de dire Miam qu’Octobre est déjà bien entamé et Novembre derrière lui semble tout aussi chargé. Pas que j’ai un agenda de ministre mais disons que jusque fin août, le rythme a été plutôt indolent. J’ai trouvé ça très pratique de me doucher après avoir conduit le Petit Snottneus à la crèche, de faire mes courses en pleine journée sans faire la file au supermarché ou encore, de savourer ma ville à pieds, pour me rendre à un rendez-vous. Et puis, si certains soirs,  on s’éternisait au resto ou chez des amis, je pouvais me permettre une petite power nap le lendemain midi.

Maintenant c’est fini tout ça. Du lundi matin au vendredi soir, je suis la tête dans le guidon et du samedi matin au dimanche soir, j’aimerais pouvoir être les pieds dans l’édredon. Comme beaucoup de gens, je jongle entre mon boulot, mon lunch du midi, ma tenue du jour, le biberon du Petit Snottneus, les questions existentielles et/ou sur les chaussettes du Beau Gino (surtout celles qui ont mystérieusement disparu, sûrement dévorées par la Babysit), mes copines, ma mutuelle, mes docteurs (hélàs, au pluriel pour l’instant) et leurs secrétaires qui ne donnent jamais un rdv après 17h30 (comme si 14h45 m’arrangeait – quoi ? pas d’autre place avant 6 mois ? Ok je prends, merci beaucoup), mes cours de flamoutche et les agents immobiliers qui ne savent pas écrire « vendu » sur une annonce.

Bref, parfois c’est tendu comme un string, comme dirait le Beau Gino avec toute la poésie qui le caractérise. Et pour détendre tout ça, j’ai décidé d’arrêter de me compliquer la vie, ce qui est pourtant une discipline dans laquelle j’excelle.

Concrètement, de quoi s’il s’agit ?

Eh bien c’est assez facile. Pour arrêter, de me compliquer la vie, j’ai commencé par me la simplifier. Comment ? D’abord, en pratiquant le lâcher-prise (plus facile à dire qu’à faire) et puis, grâce à 5 réflexes qui n’ont pas changé ma vie, mais qui la rendent nettement plus cool.

1. Quand je cherche un resto : le réflexe Yelp

Si je cherche des infos pratiques, des avis et des photos sur un resto, je vais sur Yelp, un super site que j’ai coutume de présenter comme « une sorte de Facebook des restos ». Ya des photos, y’a des profils, on peut même liker et commenter. Mais aussi, on peut faire des recherches par quartier  en sélectionnant des critères (Dansaert, Châtelain ou Italien, Asiatique … etc.). Pour chaque resto, une fiche complète, des photos et des avis  écrit par des Yelpeurs, qui sont des gens comme vous et moi. Vous m’y avez peut-être déjà lue, je pense que des Beau Gino et des Petit Snottneus, dans un même texte, il ne doit pas y en avoir des mille et des cents 🙂

Petite cerise sur le gâteau, les contributeurs les plus assidus sont encouragés en étant admis dans une brigade d’élite (ils aiment bien la dérision, chez Yelp) à qui il est proposé pleins de chouettes activités un peu privilégiées, comme par exemple, un atelier Gin Tonic à De Haus (le bar super cool dont je vous parlais ici) ou un buffet plein de gourmandises au Prélude, un endroit mimi tout plein ouvert récemment à Saint-Gilles.

Yelp existe aussi en appli’ pour smartphone, super pratique pour trouver un resto ou lister ceux qu’on veut essayer.

L'apéro Planchette Yelp au Prélude
L’apéro Planchette Yelp au Prélude

2. Quand je n’arrive pas à me décider sur un resto : le réflexe Resto Last Minute

Resto Last Minute, c’est le bon plan pour se déculpabiliser de se faire un resto quand le budget n’y est pas (trop). En effet, ce site propose une réduction allant de 15% à 40% sur l’addition totale (boissons comprises*) dans plein de restos de Bruxelles et d’ailleurs. Les offres changent chaque soir mais les restos partenaires sont toujours les mêmes et parmi eux : L’atelier de la truffe noire, Emile Bistro, les Larmes du Tigre, Riccio Cappricio … bref, l’embarras du choix, du genre et même du budget.

resto_lastminute_belgique

3. Quand je suis au resto mais que je ne finis pas mon assiette : le réflexe Doggy Bag

Parfois, je ne finis pas mon assiette, non parce que c’est mauvais mais parce que je ne n’ai plus faim (oui, tout arrive). Alors plutôt que de remplir les poubelles du resto, je préfère remplir mon frigo avec un reste qui fera très bien l’affaire pour le lendemain, que ce soit pour moi, pour le Beau Gino ou pour le Petit Snottneus (ou pour la babysit, afin d’éviter qu’elle ne mange les chaussettes). Et donc, je demande un Doggy Bag. Tous les serveurs comprennent cette expression qui vient des Etats-Unis, où les gens ne sachant pas terminer les portions astronomiques servies dans les restos mais n’osant demander d’emballer les restes, suggéraient de les reprendre pour leur chien. Même s’ils n’avaient pas de chien. Bref, un doggy bag avec une petite portion de pâtes, ou de poulet curry, c’est un bon début pour le repas du lendemain.

IMG_1352

4. Quand je suis chez moi et que je n’ai plus rien dans mon frigo : le réflexe Caddy Home

Bon, n’allez pas croire que je vais tous les soirs au resto. C’est pas l’euromillions mon nouveau bonheur professionnel. Donc il m’arrive quand même régulièrement de faire des courses mais plus en milieu de journée pour éviter les files. Non, mes courses je les fait en milieu de soirée, avec une bonne tasse de thé et un oeil rivé sur l’émission politique qui fait ronfler le Beau Gino. Avec  Caddy Home, en 20 minutes, mes grosses courses de la quinzaine sont emballées/pesées sélectionnées/payées et elles seront livrées 2 jours plus tard dans ma cuisine, par un gentil livreur qui m’évite ainsi l’enfer du supermarché avec un Petit Snottneus qui veut que ce qu’il ne peut pas avoir mais aussi la place de parking introuvable devant chez soi et les 4 aller/retour entre la voiture et l’appartement, chargée comme un baudet (sans parler du Tétris dans l’ascenseur). Tout ça pour 7€ de plus, pour toute commande supérieure à 100€. Et avec les langes, les boîtes de lait de croissance, le café et les 450 nombreux pots de yaourts en verre que mes deux Double Z s’enfilent, on y est vite.

Alors évidemment, il n’y a pas tout chez Caddy Home ou pas toujours exactement ce que je veux. Pour les légumes et certains produits, frais, je me fournis souvent chez Efarmz, un super site qui fonctionne un peu comme Caddy Home, à la différence près que les jours de commande et les jours de livraison sont fixes (jusqu’au mercredi pour une livraison le vendredi). La livraison est de 6€ mais comme mes paquets sont moins volumineux, je vais les chercher au point de dépôt tout près de chez moi.

Et last but not least,

5. Quand je suis chez moi mais que j’ai la flemme de cuisiner : le réflexe Take Eat Easy

Souvent, le vendredi soir je suis décalquée. J’ai ma semaine dans les dents et avec le Petit Snottneus, c’est pas comme si le weekend allait être reposant. Je n’ai donc pas envie de faire à manger et encore moins de faire la vaisselle. J’ai juste envie de mon canapé, de la table basse pour y allonger mes jambes et de végéter devant la télé. C’est à ce moment là que le Beau Gino me propose deux options : A. Il cuisine des pâtes – trop cuites – avec 5 louches de pesto en pot ou B. On fait une commande raisonnable sur Take Eat Easy. Devinez ce que je choisis ? Take Eat Easy c’est un super site qui vous permet, si vous vivez à Bruxelles, de vous faire livrer des plats de pleins de restos différents. A condition de commander pour un minimum de 20€ et en comptant 3,5€ de frais de livraison. Les plats vous sont livrés dans l’heure par de braves coursiers à vélo, ce qui permet de limiter fortement le risque de retard puisqu’ils ne sont pas coincés dans les embouteillages.

Nos deux restos préférés sur Take Est Easy : Mistui et Al Jannah, qui nous permettent de se faire un petit pic nic canap’ devant la téloche ou  une soirée comme au resto, mais en économisant les frais de babysitting (et de chaussettes 😉 )

take-eat-easy-867

Voici les 5 réflexes qui, s’ils ne me font pas vraiment économiser des sous, me font économiser du temps.

Et le temps, c’est pas de l’argent.

Le temps c’est de l’Amour

* on me souffle en régie qu’en fait, non, les boissons ne sont pas comprises (le serveur d’un très chouette resto à Ixelles à du se tromper 🙂 )

4 réflexions sur “5 réflexes pour se faciliter la vie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s