Une rentrée

Rentrée de vacances.
Rentrée des classes.
Une rentrée dans le monde professionnel.

De retour dans ce Bruxelles maussade, il me semble que j’ai beaucoup de choses à vous dire. De ces vacances féériques avec le Beau Gino et le Petit Snottneus, dans une Toscane généreuse à tous points de vue. De ce projet de magasin, développé, étudié, adapté et finalement abandonné parce que pas assez rentable. De ces questionnements intenses au sujet de mes envies et de mes capacités, affectives, économiques, temporelles, et physiques. A court comme à long terme. Et enfin, de cette proposition inattendue qui m’a été faite et qui me fait redistribuer toutes les cartes. Du moins celles que j’ai en main.

Je me demande comment je vais agencer tout ça et quel fil conducteur je vais bien pouvoir donner à cet article. Déjà parce qu’à la base, je ne pensais pas, il y a encore quelques semaines, que je l’écrirais. Alors une fois n’est pas coutume, pas de métaphores et autres analogies imagées. Ca viendra comme ça sort.

Bon. Concrètement.

– Les vacances, c’était comment ?

Ohlala ! La Toscane, c’était super ! On s’est roulé dans tous les clichés italiens avec allégresse et sans complexes ! Des spritz, des pâtes, des cannelloni, des saltimboca, des gelati et des risotti à toutes les sauces (et presque tous les repas). Du soleil, une piscine dans laquelle le petit Snottneus se laissait tomber comme une joyeuse otarie, des excursions à Pienza, Arrezo et Cortona. Des repas entre amis où l’on parle aussi bien de filtres à café et de protection solaire que d’orientations professionnelles ou de politique internationale. Et puis, le premier grand amour du Petit Snottneus, qui vire même à l’obsession : une Fiat 500 noire aka la « ouature ». Mot qu’il n’a de cesse de répéter depuis lors.  Ici, on essaye de le brancher sur les trams mais rien n’y fait.

Ces vacances, on avait failli s’en passer mais on a bien fait de se les accorder, au milieu d’une année très particulière, pour moi comme pour le Beau Gino qui, lui aussi, s’est mis en quête d’un nouveau bonheur professionnel.IMG_1317

– Le projet, qu’est-ce qu’il s’est passé ?

Souvenez-vous, au mois de juillet, j’étais la tête dans l’essuie. En effet, le projet auquel je rêvais -et travaillais depuis le début de l’année a finalement démontré ses limites, après avoir pourtant été ajusté, adapté, rectifié – tout ce qu’on veut. Bref, le plan financier que nous avons élaboré avec des coachs est sans appel : impossible d’en tirer deux salaires puisque deux étions et n’avions qu’un coeur 3 gosses, 1 chien et beaucoup de factures. Ce projet-là n’était donc pas rentable.

Après un citytrip à Copenhague et une nouvelle coupe de cheveux (dans le genre « changement radical »), j’ai alors entrepris de développer un projet à moi toute seule. La motivation un peu chancelante et mes doutes en bandoulière. A la croisée des chemins, avec deux documents ouverts sur mon desktop : un business plan et … un CV. Et pour cause, absorbée par mes envies d’entreprendre, j’en avais oublié que de nombreux salariés sont très heureux dans leur travail et pas uniquement parce qu’ils ont des congés payés.

Voilà ce que j’écrivais dans cet article dont je ne suspectais pas la teneur providentielle. La providence, le hasard, le destin (? un peu mélodramatique quand même), le karma … que sais-je. Toujours est-il que ça a parfois du bon d’écrire haut et fort qu’on ne sait plus où on en est. D’un point de vue professionnel en tout cas.  Parce qu’il y a des gens qui lisent et qui après, font des propositions très intéressantes.

– Bon et maintenant, qu’est-ce qu’il va se passer ?  

 Eh bien il va se passer que je vais reprendre du service. Mais pas dans le même service. Un monde, ou plutôt un étage de différence, des nouveaux collègues et surtout un projet excitant. Pas le mien mais excitant quand même.

Je met donc mes envies d’entreprenariat au frigo ou plutôt, au surgélateur. Mais il parait que ça conserve bien et que si ça ne conserve pas, c’est que ce n’est pas de la bonne qualité (Belle Ginette, on avait dit Pas de métaphores !). Oui bon, voilà. Vous voyez ce que je veux dire.

Et cette nouvelle aventure professionnelle qui démarre, est-elle garante de ce bonheur si difficile à définir et par conséquent, à saisir ? Il est trop tôt pour le dire mais je sais déjà qu’elle est garante d’autres bonheurs, tout aussi importants à mes yeux.

J’ai certes quelques regrets, mais je n’ai aucun remords. Pendant ces 9 derniers mois, j’ai mûri, j’ai retrouvé ce que j’avais perdu le long du chemin et sans quoi je n’avais plus l’énergie d’avancer : la confiance en moi et en ma propre valeur.  En parcourant les chemins de traverse, j’ai pris le temps de contempler la vie, la mienne, celle des autres et surtout, celle que j’ai créée, avec le Beau Gino. J’ai rencontré des personnes de divers hozirons et notamment une personne, qui est devenue mon amie, à défaut d’être mon associée 😉

 Concrètement, ça veut dire quoi ?

Ca veut dire que lundi matin, ce sera aussi ma rentrée des classes. Je partirai vers le Centre-ville, après avoir laissé mon Petit Snottneus à la crèche, avec dans mon cartable, un coeur gros mais un esprit serein. Ca veut dire que le rythme sera intense et qu’il y aura un peu moins de temps pour les câlins et les rêvasseries. Ca veut dire, que le Beau Gino a trouvé, lui aussi, une promesse de bonheur professionnel, plus proche de lui, plus proche de nous, dans tous les sens du terme. Ca veut dire qu’il ne faut jamais cesser de parler et d’écouter car c’est comme ça qu’on provoque les opportunités.

Ca veut dire que le bonheur professionnel, comme tous les bonheurs, c’est aussi à nous de l’inventer 🙂

IMG_4993

13 réflexions sur “Une rentrée

      1. Je suis bien d’accord avec toi. Pourvu que ce bonheur que tu m’inspires ici t’accompagne dès lundi dans cette nouvelle aventure professionnelle! Je t’embrasse!

  1. Que tout se passe bien…pour vous trois, et je n’en doute pas ! Et continue a écrire…ça fait du bien à beaucoup de monde. Tes textes sont un rayon de soleil dans notre grisaille….

  2. 9 mois…. c’est justement le temps que nous laisse la nature pour préparer un nouveau bonheur, une nouvelle vie. Dans ce cas-ci aussi, il t’apportera sans doute parfois de la fatigue, un peu de stress, il nécessitera de l’organisation et des compromis (fini les grasses mat’) mais il sera également source de fierté et te laissera imaginer de belles perspectives. Alors chère Belleginette, toutes mes félicitations et je te souhaite succès et bonheur…. sur tous les plans!

  3. Et bien je te (vous) souhaite une excellente rentrée. Qu’elle soit scolaire, professionnelle, financière (et oui) et d’être tous heureux – sincèrement 🙂

  4. Bonne rentrée Belle Ginette!!! Ton texte est très touchant… Heureuse que tu aies trouvé un chemin qui te plait (et surtoutq ue tu gardes tes reves et projets au frais!) J’aime beaucoup la dernière phrase! Bonne rentrée ma belle!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s