La tête dans l’essuie

C’est une des expressions favorites du Beau Gino.

Joueur de tennis et même ancien champion du Brabant Wallon – Waouhou Waouhou – , le Beau Gino utilise souvent des expressions inspirées de son sport préferé : monter au filet, se croire à Roland  et être la tête dans l’essuie.

Etre la tête dans l’essuie – et non avoir la tête dans l’essuie – c’est se retrouver dans une situation similaire à celle dans laquelle sont les joueurs de tennis, assiss sur le banc avant le changement de côté et quand le match ne tourne pas à leur avantage. Comme vous le savez sûrement, le tennis, ce n’est pas qu’une histoire de balles et de raquette. Ca se joue aussi dans la tête et aucun match ne se gagne sans un mental de feu. C’est pourquoi certains joueurs, en passe de se prendre une raclée, reprennent des forces au niveau mental en se mettant la tête dans l’essuie. Après une barre protéïnée et 5 minutes la tête dans l’essuie, c’est reparti mon kiki pour envoyer des scuds de l’autre côté du filet. On en connaît à qui ça a bien réussi : IMG_1263

Voilà, tennistiquement parlant, ce que veut dire être la tête dans l’essuie. Et non-tennistiquement* parlant ? Interrogé à ce sujet, le Beau Gino définit l’expression comme suit :  » Ca veut dire être abattu et ne plus savoir comment s’en sortir ou hésiter entre plusieurs options possibles ». 

Et puis il a ajouté :

« Un peu comme toi pour l’instant ».

Et bims ! Merci mon chéri. Pourtant il n’a pas tort. Il a même entièrement raison. Je vais vous expliquer.

Concrètement, qu’est-ce qu’il se passe ? (ou ne se passe pas)

Ca fait donc 6 mois que je nage afin de trouver mon bonheur professionnel. Ces derniers temps, j’ai plutôt ramé. Je ne suis pas une mono-passionnée, il y a beaucoup de choses qui m’intéressent dans la vie mais en entamant la réflexion sur ma re-orientation professionnelle, je me suis concentrée sur un projet en particulier pour lequel j’ai d’abord vu un peu trop grand et trop risqué. Et puis, petit à petit, j’ai réduit, j’ai rectifié le tir, je me suis entourée de toutes les précautions nécessaires. Tellement de précautions que le verdict a été cinglant : ce n’est pas rentable. Ou alors si, pour un peu d’argent de poche.

Mais j’ai passé l’âge d’avoir de l’argent de poche. Je n’ai pas -encore?- gagné à l’euromillions, donc, dans ma vie professionnelle, je cherche le bonheur, mais aussi de quoi payer le loyer, la crèche, les assurances, toutes les bonnes choses que j’aime manger et boire … et de quoi craquer de temps en temps sur un pull Essentiel ou une crème anti-rides hors de prix 🙂

J’ai passé beaucoup de temps sur ce projet. Certains jours, je m’y voyais même déjà. Je m’imaginais des longues journées, des étapes excitantes, des angoisses devant les courriers de l’administration TVA, des coups durs mais aussi des échanges et des partages et puis la satisfaction de savoir pourquoi on se lève le matin.

Et maintenant ?♫♪

J’ai pris un peu de temps pour accuser le coup, le temps de supporter les Diables, de soigner mon Petit Snottneus qui porte décidément bien son nom, le temps aussi de revenir sur les traces de mes ancêtres danois et dans l’émotion de mes souvenirs d’enfance, le temps d’une virée à Tivoli, d’une glace au Daim et d’un petit coucou à l’hippopotame du zoo de Copenhague.

IMG_1267

Maintenant, je suis de retour à Bruxelles et je dois bien avouer qu’en effet, je suis la tête dans l’essuie car, pour reprendre les mots du Beau Ginon, j’hésite entre plusieurs options possibles. Je sais que mon premier projet n’est pas possible. On l’a littéralement tourné dans tous les sens pour finalement le voir développé par d’autres, qui ont eu la même bonne idée, le réseau en plus et le besoin de cash en moins.

Sauf que ma recherche du bonheur professionnel, ce n’est pas un match de tennis qui peut durer à l’envie, pour peu que les joueurs tiennent le coup (vous vous souvenez de cette finale de Wimbledon Nadal-Federer qui a duré presque 5h ?!). Je suis à la mi-temps de ma recherche et j’aimerais que les choses s’accélèrent, même si je ne regrette en rien les mois qui viennent de s’écouler.

Assise sur mon banc, je mange ma barre protéinée et j’écoute les conseils du Beau Carlos Gino. Je me documente, j’écris, je planifie, je fais des listes pour et des listes contre, je remets à jour mon CV et je cherche l’inspiration, notamment dans le super livre de Nicolas Métro au titre évocateur : « Qu’est-ce qui te ferait danser de joie ? ». Comme il le dit si bien : vouloir changer de cap professionnel est une chose, en trouver un nouveau en est une autre.

Tout ça en gardant la pêche et le sourire car la vie est belle. Sornettes.

Oui, il m’arrive de pleurer, de baisser les bras, de traîner mes guiboles nonchalamment et de me cacher derrière des tâches ménagères pour justifier une procrastination qui permet de remettre la réussite mais aussi l’échec au lendemain. Il m’arrive aussi régulièrement d’être submergée par l’aigreur et l’amertume, vis-à-vis du Beau Gino et du Petit Snottneus que je tiens parfois pour responsables de mes incertitudes. De me sentir envieuse et même, un chouillat jalouse, des mes proches qui mènent si bien leur barque professionnelle. Ce n’est pas ça que j’ai envie d’écrire dans mes articles mais ne pas l’évoquer, ce serait tout simplement mentir.

Mais admettre ses faiblesses, c’est bien. Se souvenir de ses points forts, c’est mieux. Et dans la liste de mes points forts, quelque part entre le stoemp-saucisse, sauce à la Leffe et une bonne connaissance du système institutionnel belge, il y a un indécrottable optimisme. Souvent malmené mais toujours sur le pont. Ce sentiment qui me fait dire que tôt ou tard, je le trouverai, ce bonheur professionnel !IMG_1258

Parole de Viking 😉

* j’ai un petit faible pour le mot Tennistiquement et je suis très heureuse d’avoir pu l’utiliser à deux reprises dans un de mes articles. Je précise que personne ne m’a lancé de défi 🙂

14 réflexions sur “La tête dans l’essuie

  1. Clairvoyant qd même ce Gino! Moi je trouve qu’être la tête dans l’essuie, c’est plutôt bien, parce qu’au moins on a la tête bien au chaud pour réfléchir tranquillou! Puis quand on la sort, tout le monde est toujours autour pour t’encourager! Et on est bien là! ❤

  2. +1000 pour le double tennistiquement, que j’affectionne aussi!
    Suggestion pour ton prochain article: Une réflexion sur « à l’envi ».
    Oui, je suis une indécrottable casse-couille!
    Au plaisir de te recroiser asap dans notre quartier!

  3. alaalaaaaa…. je suis aussi la tête dans l’essuie… et cooooomme je te comprends !
    L’envie de tout changer fait souvent place à la procrastination (ma très grande spécialité)… rien n’avance et je ne sais toujours pas où aller…
    Plein plein de courage !
    Il y a sûrement une solution quelque part… Yapluka 😉

    1. Aaaaah ce fameux « Yapluka » … l’alter égo du « Si » avec lesquels on mettrait Paris en bouteille (ou Bistouille dans un fût, mon expression de vieille guindailleuse 😉 )

  4. Qu’est-ce qui est le mieux finalement: « faire le point » sans vraiment avancer ou être un moment la tête dans l’essuie pour mieux repartir? 😉
    Beau texte, belle réflexion…. et je suis sûre que tu peux compter sur le soutien de tes ami(e)s 🙂

  5. Belle Ginette, ne t’en fais pas car :
    – la vie est longue si l’on en prend soin, les projets peuvent patienter et ressortir plus tard;
    – tu as tous les atouts nécessaires pour être heureuse, alors le puzzle se mettra en place d’une manière ou d’une autre, continue d’être créative ;
    – on est tous et toutes avec toi, autour de toi, pour t’aimer et t’encourager.
    Gros bisous de la Grande Simone, qui a aussi parfois des faiblesses dans les guiboles 😉
    Mais comme disait BM : « On peut pas se plaindre » 😉🎶🎈💋

  6. He bien une fois n’est pas coutume, je te réponds directement sur ton blog…

    J’ai la douce sensation que tu es bien entourée, ma belle Ginette. Le grand Sage beau Gino et ses paroles tennistiquement adaptées, mais aussi Grande Simone qui me semble si juste dans ce qu’elle t’écrit. Et puis tu parles de ta famille, de tes amis, qui sont présents encore et encore.
    Je crois, Ginette, que cette chance, on la provoque: ton entourage te renvoie probablement tout le positif que tu leur insuffles. Et je n’ai qu’une envie, celle de te féliciter et t’encourager à distance car se questionner, se positionner dans sa vie, ne pas choisir la voie facile mais celle, plus ardue -mais plus belle, qui amène à un épanouissement professionnel et puis personnel et puis familial, ne suscite en moi que du positif.

    Tout vient à point, dis le toi.
    Les choses vont se cOncretiser, autrement, différemment, mais dans la sérénité. J’en suis persuadée.

    Merci en tout cas d’apporter ce que tu apportes aux autres.
    De gros bisous,

    Gwen

    1. Ah c’est sympa de te voir ici aussi 🙂
      En effet, je suis super bien entourée et ça, c’est le début de toute aventure, quelle qu’elle soit.
      Merci pour tes encouragements et gros bisous à toi aussi

  7.  » Du moment où quelqu’un s’engage carrément, la Providence s’engage aussi. Toutes sortes de choses concourent à l’aider, qui autrement ne se seraient jamais produites.
    Tout un flot d’évènements jaillit de la décision, suscitant en sa faveur toutes sortes d’incidents, de rencontres et d’aides matérielles imprévus, dont personne n’aurait pu rêver qu’ils lui arrivent.
    Quoi que vous puissiez faire, ou rêver que vous pouvez, mettez le en oeuvre.
    L’audace comporte du génie, du pouvoir et de la magie.
    Commencez maintenant »

    Goethe

    Je suis certaine qu’avec une bonne prise de recul de la situation, le besoin de se retrouver, de penser à ce qui nous COMBLE, à ce qui nous rend HEUREUX, sans se MENTIR à soi même, se connaître et accepter ses propres DONS et CAPACITES, alors, des évènements et signes extérieurs nous ouvriront les yeux sur la voie à suivre….si on prend le temps de s’écouter un peu.
    Bon courage, garde confiance en toi, tu es extrêmement douée.
    Bisous
    Caroline

    1. Je ne savais pas que Goethe écrivait des choses aussi sensées 🙂 Merci pour tes encouragements, ils me vont droit au coeur. Effectivement, ce n’est pas toujours facile d’identifier ce qui nous comble, sans se mentir. bisous à toi aussi 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s