Faire manger du cabillaud à un homme

Attention, le titre de cet article est basé sur une affirmation totalement sexiste, injustifiée d’un point de scientifique et à prendre au second degré : Aucun homme n’aime le cabillaud En tout cas, moi je n’en connais aucun. Enfin si, j’en connais un mais il a 14 mois et il mange à peu près tout ce qu’il arrive à mettre tout seul dans sa bouche donc ça ne compte pas.

Vous l’aurez compris, le Beau Gino n’aime pas le poisson, ni les fruits de mer. A la rigueur, un peu de saumon fumé, une langouste fraîchement péchée dans des eaux tropicales (dans le genre accessible, on fait mieux) mais c’est tout. Quel dommage, parce que moi j’adore le poisson et beaucoup de choses qui viennent de la mer : moules, calamars, crevettes grises ou roses, huîtres, oeufs de poisson et autres … D’autant que les produits dits  de la mer sont pour la plupart nettement moins gras et caloriques que d’autres sources de protéines. Comment ça va encore ? …  Ah oui voilà : « Le plus gras de tous les poissons sera toujours moins gras que la plus maigre des viandes ».

Bref, un soir, pour des raisons de diète, pour des raisons de goûts mais hélas pas pour des raisons d’économies (car le bon poisson est aussi onéreux que la bonne viande), j’ai fait du forcing et j’ai servi  du poisson au Beau Gino ainsi qu’à d’autres carnivores convaincus. C’était rigolo de voir leurs mines déconfites lorsque je leur ai annoncé le menu, alors que les malheureux s’attendaient à un bon pain de viande ou autre stoemp-saucisse. C’était encore plus rigolo de les voir se lécher les babines et demander une repasse.

Pour cuisiner ce plat, il vous faut, par personne :

– environs 200 gr de coeur de cabillaud. Il vaut mieux se le procurer en poissonnerie, celles du Carrefour par exemple ,et donc frais. C’est un peu plus cher mais la différence de goût est indéniable.

– 2 cuillers à soupe de chapelure

– 2 cuillers à soupe de parmesan rapé

– 2 cuillers à soupe d’huile d’olive

– 1 noisette (et pas 1 noix) de purée d’ail

– un peu de gros sel, du poivre et éventuellement, un filet de citron

– 3 carottes jaunes (on en trouve au Delhaize ou dans les magasins bio)

– du basilic, frais ou surgelé

– 1 patate de taille moyenne

– 1 four avec un grill en état de marche IMG_0462 Comment ça se passe ?

1. On commence par la purée, qu’on peut préparer à l’avance

– On pelle les carottes et les patates puis on les coupe en petits morceaux. Les patates en morceaux plus gros que les carottes, car celles-ci, à l’instar des panais, cuisent plus vite que les carottes oranges.

– on les cuit dans de l’eau bouillante salée pendant une vingtaine de minutes ou au cuit-vapeur (ou au Babycook 😉 )

– quand c’est cuit, on mixe avec un filet d’huile d’olive et avec le basilic, selon son goût (comptez 2 belles feuilles par personnes), ensuite on rajoute une pincée de gros sel et un peu de poivre. On peut mixer à l’aide d’un mixeur plongeur, d’une moulinette ou à la fourchette. Personnellement, je trouve que cette purée est meilleure lorsque elle a une texture de mousseline. IMG_0464 2. Les coeurs de cabillaud

A préparer peu de temps avant de servir, parce que le cabillaud, ça ne se réchauffe pas !

– On préchauffe le four à Thermostat 4 (ou équivalent, j’oublie toujours combien ça fait en degrés) pendant 10 minutes

– On dispose les coeurs de cabillaud dans un plat allant au four, légèrement badigeonné d’huile d’olive

– on recouvre les morceaux du mélange suivant : chapelure, huile d’olive, parmesan, purée d’ail, sel/poivre et éventuellement, un filet de citron. Mélangez tous ces ingrédients dans un petit bol et vérifiez le goût avant de l’étaler sur les coeurs de cabillaud. IMG_0463 – On enfourne pour une durée allant de 7 à 10 minutes, en fonction de la taille de vos morceaux. Juste avant de les sortir du four, on active le grill pendant 1 minute maximum, juste le temps de les bronzer un peu. Il ne faut pas abuser du grill car pendant ce temps, le cabillaud continue à cuire et ce serait du gâchis d’avoir un poisson trop cuit. IMG_0466 3. On se régale sans se pincer le nez

Avec un vin blanc sec ou un rouge frais (sancerre ou pinot noir), c’est délicieux. Parcontre, c’est nettement moins consistant qu’un stoemp-saucisse, c’est pourquoi j’ai servi ce plat à la suite d’une entrée  à base de pâtes, comme ils le font en Italie (Il s’agissait de conchiglies – grosses pâtes en forme de coquillage – coulis de courgettes, l’huile de truffe et ricotta). IMG_0467 Avec cette manière de cuisiner le cabillaud, on peut aussi prévoir une petite sauce, tomatée ou gravlax. Pour cette dernière, je dilue simplement une bonne cuiller à soupe de sauce du même nom (notamment en vente chez Ikea sans caca de cheval mort après une euthanasie à l’anus de cochon) dans 3 cuillers à soupe de crème allégée, avec un filet de citron, sel+poivre. 20 secondes au micro-ondes et on a une petite sauce toute prête et toute bonne. Bref, de quoi faire oublier la morue du vendredi à la cantine

Bon appétit 😉

4 réflexions sur “Faire manger du cabillaud à un homme

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s