Une soupe au curry rouge

Vous je ne sais pas, mais moi ce que je préfère dans les plats asiatiques, ce sont les sauces. Poulet, scampis, et autres nems, rouleaux de printemps ou galette de tilapia enrobée de feuilles de bananiers ne sont que fioritures, bien nécessaires pour se régaler de succulentes sauces.
Sucrées salées dans la plupart des cas, au cacahuètes, curry de toutes les couleurs de l’arc-en-ciel, c’est la sauce qui donne bien souvent toute son âme au plat, si bien qu’on le nomme en fonction : scampi au curry vert, poulet sauce saté, bœuf au curry rouge …etc.
C’est d’ailleurs aussi la sauce qui me fait demander un second plat de riz, parce que ça le fait pas trop de finir sa marmite de curry à la cuiller à soupe (et puis bonjour les aphtes…).
C’est donc une constante : je sors chaque fois d’un resto asiatique en ayant trop mangé (oui, bon, aussi à cause des Kroepoek enfournés au début du repas). Pas dingue quand on essaye de garder la ligne, surtout que ces sauces sont aussi bien grasses.

Forte de ce constat (et oui… C ‘est du lourd chez Belle Ginette), j’ai donc réfléchi à une autre manière de satisfaire ma passion pour le curry rouge tout respectant un nombre raisonnable de calories. Pas beaucoup de calories + beaucoup de goût(s) -> fastoche, il me fallait une soupe.
Et je ne suis pas mécontente du résultat : une soupe de carotte au curry rouge.

Comme je le disais dans un article précédent, la soupe aux carottes présente l’avantage de pouvoir être customisée a l’infini (ou presque). Les carottes, ça va avec tout, c’est pas cher, ça se conserve longtemps au frigo et c’est facile à cuisiner. Et comme c’est un légume, on peut en manger à volonté !

Concrètement, il suffit de reprendre la recette de base de la soupe aux carottes et, au moment de mixer le tout, ajouter une ou deux cuillers à café de ces pâtes de curry qu’on trouve désormais en grandes surface. J’en profite pour mentionner que Delhaize a une très bonne gamme de produits « thaï » dont ces fameuses pâtes de curry, qui existent en plusieurs versions.

On peut également rajouter une cuiller à café de pâte de curry rouge à une soupe préparée à l'avance (mais pas encore customisée)
On peut également rajouter une cuiller à café de pâte de curry rouge à une soupe préparée à l’avance (mais pas encore customisée)

Le curry rouge peut aussi relever une soupe de légumes d’automnes tels que des potimarrons ou des potirons.  On peut aussi ajouter une noisette de concentré de tomates pour relever le goût du curry.

En entrée, avant un plat plus consistant, ou sur un plateau-déjeuner, avec des crackers et des nems, une bonne manière de satisfaire des envies de curry sans passer par la case riz gluant.

IMG_2364

Bon allez, la prochaine fois je parlerai d’un truc bien de chez nous, le pain de viande, même si je ne peux jamais m’empêcher d’y rajouter toutes sortes d’ingrédients relativement exotiques … affaire à suivre 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s